-6° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Libre opinion

Gilles Bordonado

Mardi 10 octobre 2017

61 + 12

L’histoire s’écrit à Terrebonne. Pas moins de 61 citoyens désirent enlever l’un des 17 postes en élection, un record pour cette ville habituée aux réélections décidées d’avance devant une opposition faible ou fragmentée.

Dans un monde qui se réclame du changement, il est intéressant de voir toutes les formations politiques dans la course l’évoquer, qu’il s’agisse du maire Stéphane Berthe, chef de Générations Terrebonne (GT), qui a insufflé une nouveauté certaine et un vent nouveau à l’hôtel de ville; de Marc-André Plante et de l’Alliance démocratique de Terrebonne (ADT), formation qui s’en inspire largement par ses slogans, son programme et son site Internet; ou de Valérie Quevillon et du Nouvel Élan Terrebonne, parti qui s’oppose à ces équipes en ne comptant en son sein aucun ancien membre de l’administration Robitaille. Pour Antoine Hanachian, qui veut incarner le changement, l’affaire sera plus complexe, car il ne comptera pas sur une majorité, n’ayant que trois aspirants conseillers.

À Mascouche, 12 personnes étaient sur les rangs. Six conseillers de Vision démocratique de Terrebonne (VDM) sur huit ont été réélus sans opposition. Alors qu’il réclame un deuxième mandat aux électeurs, Guillaume Tremblay est en bonne position pour l’obtenir. Présent sur Internet et les réseaux sociaux, l’aspirant François Collin est peu visible dans la communauté. Il fait bien du porte-à-porte, mais Mascouche est grande pour un homme sans équipe, alors que les élus de VDM soutiendront activement leurs collègues en élection. Les neuf font du porte-à-porte depuis un an déjà. Si la candidature à la mairie de Line Lavallée est fantaisiste, celle de François Collin, bien que trop confidentielle, apporte certaines réflexions pertinentes sur la congestion routière et la gestion administrative. Est-ce suffisant pour défaire Guillaume Tremblay? J’en doute. Cela prendrait une équipe, une présence active sur le terrain depuis des mois et des moyens qui manquent à François Collin. Qui plus est, ses suggestions d’abandonner le projet du Manoir déjà bien avancé et d’acheter le golf de Mascouche ne tiennent pas la route. La Ville ne peut mener ces deux projets de front. Je ne sais pas pourquoi il s’acharne à pousser ces deux idées.

Si je ne connais pas l’indépendante Fabienne Robert, il me semble qu’elle arrive bien tardivement pour défaire Bertrand Lefebvre. Le seul suspense à Mascouche, il est dans le quartier d’Eugène Jolicoeur. Celui qui a obtenu la plus importante majorité aux dernières élections fait face à Denis Nadeau, un col bleu à la retraite. Bien qu’annoncé il y a peu de temps, cet indépendant compte sur l’appui de l’ex-conseillère Lise Gagnon et d’une bonne équipe de bénévoles. À moins d’un revirement à la mairie ou dans le quartier 5, ce sera sur le 2 qu’on aura à l’œil à Mascouche.  

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités