5° Terrebonne, samedi 25 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Libre opinion

Gilles Bordonado

Mardi 7 novembre 2017

Changement

La stratégie, le message, le programme et les candidats sont cruciaux dans le succès d’une campagne électorale, mais rien ne remplace son organisation et le temps de préparation investi avant un scrutin.

À ce chapitre, l’Alliance démocratique de Terrebonne ne s’est pas trompée. Marc-André Plante s’est mis en marche il y a 16 mois alors que les premières rumeurs de sa candidature se faisaient entendre. Son parti, son programme et son message se mettaient en place, tandis que les candidats se bousculaient au portillon. Le passage de quatre membres de l’Équipe Robitaille comme indépendants et ensuite à l’ADT a dynamité le projet plus ou moins secret de voir une coalition d’ex-élus de l’Équipe Robitaille se regrouper au sein d’une nouvelle formation.

Dès novembre, Stéphane Berthe a eu à apprendre et à jouer le rôle de maire, jaugeant ses chances de se présenter au poste ultime. Une fois décidé, il a dû mener deux combats de front : la mairie et la direction de Générations Terrebonne. Ce n’est qu’en avril, huit mois après les premiers pas de l’ADT, que son parti naissait. Ses derniers candidats ont été connus à la fin de juin.

Devant la nécessité de changement, l’ADT a bien joué ses cartes. Du temps, c’est plus de porte-à-porte alors que 40 % des gens vont voter et c’est aussi le souci du détail, dont un nom révélateur pour son site Internet (duchangement.ca) et une nouvelle dénomination de son parti sur les bulletins de vote : Alliance démocratique Terrebonne - Équipe Plante pour du changement.

Valérie Quevillon, déçue de la présence d’ex-membres de l’Équipe Robitaille à l’ADT, a lancé son équipe. Malgré son entrée tardive, elle a amassé le quart des voix. Son message simple et populiste a fait mal à Générations Terrebonne. La division du vote a favorisé l’ADT, alors que plusieurs croyaient que le contraire se produirait. Un organisateur de l’ADT me mentionnait qu’un bloc de 40 % des électeurs a penché pour la formation tout le long de la campagne et ça s’est vérifié.

Je croyais que la course serait serrée. Stéphane Berthe avait insufflé un certain renouveau, mais les citoyens cherchaient un changement plus profond, et l’ADT l’incarnait mieux que Générations Terrebonne aux yeux des électeurs. Depuis la fusion de 1984, ce sera la première fois qu’un maire et une administration ne seront pas issus des descendants du Parti de l’avenir des citoyennes et citoyens de Terrebonne, Irenée Forget, Jean-Marc Robitaille et Stéphane Berthe. Une page de l’histoire s’est tournée…

À Mascouche, les électeurs ont donné un second mandat à Guillaume Tremblay et à son équipe, car ils sont satisfaits de leur travail. Cela explique la faiblesse ou la tardive présence de l’opposition rencontrée. Au maire et à son équipe d’en être dignes. Connaissant le maire Tremblay, il a pris des notes et est déjà à pied d’œuvre pour faire encore mieux. Il a entendu les doléances et fera tout pour y répondre.  

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités