-2° Terrebonne, vendredi 23 février 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Libre opinion

Gilles Bordonado

Mardi 16 janvier 2018

Première impression

Il est démontré que les premières secondes lors de la rencontre entre deux personnes laissent une première impression qui s’installe durablement. Espérons pour Marc-André Plante et son équipe qu’il n’en sera pas ainsi à la suite de la réception par les contribuables de Terrebonne du premier compte de taxes livré par l’administration de l’Alliance démocratique de Terrebonne (ADT).

Dans le contexte d’une hausse moyenne de presque 5,6 % des comptes de taxes municipaux résidentiels, les gens furent nombreux à décrier le tout sur les réseaux sociaux. Les mots «promesse brisée» tenaient le haut du pavé. Il est à se demander si ces citoyens auront la mémoire longue. Permettez-moi d’en douter, car à l’annonce du budget, bien peu de citoyens ont pris le micro pour s’attaquer à cet «ajustement», diront les représentants de l’ADT.

L’administration Plante a choisi de maintenir les services et n’avait pas la marge de manœuvre pour réduire cette hausse. Bien sûr, la faute en revenait à l’administration passée qui avait mal géré les affaires municipales et fait des choix peu avisés, dira d’ailleurs le premier magistrat. On remarquera que l’opposition n’a que peu attaqué le fond des choses, sinon de se plaindre de ne pas avoir eu les documents budgétaires en même temps et dans la même version que les membres du parti majoritaire au conseil. Chose niée par l’administration Plante. Je vous confirme que la lune de miel est terminée et que les bonnes vieilles chicanes entre l’administration en place et l’opposition seront de retour, pour le meilleur et pour le pire.  

En haussant les taxes, l’administration Plante a opté pour la décision la plus simple et la seule qui s’offrait à elle à court terme. Il était pour ainsi dire impossible de réaliser des compressions suffisantes pour limiter la hausse. Il aurait fallu récupérer 4 ou 5 M$ dans les 7 % du budget (14-15 M$) qui peuvent faire l’objet de compressions. Mission impossible selon l’administration Plante qui aurait ainsi durement affecté certains services à la population. La réintroduction de la taxe sur les insectes piqueurs était attendue et espérée. La récupération de millions de dollars remis en cadeau aux contribuables en 2017 pour financer le transport en commun ne l’était pas, ce qui a amené les hausses actuelles.

Entre-temps, les contribuables vont avaler la pilule et espérer que les changements en profondeur promis par l’équipe Plante seront menés tambour battant, et que la promesse de hausser le compte de taxes sous l’indice des prix à la consommation cumulé sur cinq ans tiendra. Car dans quatre ans, il sera trop tard pour faire bonne impression…

25 mai 2018 Implantologie cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités