1° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

LIBRE OPINION, par Gilles bordonado

Mercredi 20 octobre 2004

Un 21e Reflet

Le lancement du Reflet économique 2004 est symbolique. Bien qu’il s’agisse de mon 15e comme membre de La Revue, c’est mon premier en tant que propriétaire de cette belle entreprise. Ce Reflet s’inscrit aussi dans notre histoire comme celui qui succède à une 20e édition spectaculaire et à un gala qui l’a été tout autant. Dure mission.

Je pense que La Revue n’a pas à rougir de cette édition 2004, qui s’intéresse à des phénomènes actuels importants, tels que l’innovation, la relève en entreprise et le capital humain. Ce Reflet offre à nouveau une analyse avisée de la dernière année économique dans la MRC Les Moulins, des réussites de notre monde.

Le Reflet 2004 est un document unique, une publication, pionnière il y a 21 ans, qui se renouvelle avec le temps, se mariant avec acuité aux défis qui s’imposent à notre région et à ses gens. Un magazine de cette qualité, réalisé par un hebdomadaire indépendant, il n’y en a pas beaucoup au Québec.

Ce magazine est le résultat du travail d’artisans dévoués. Notons d’abord la contribution du Centre local de développement économique des Moulins (CLDEM), d’une excellente équipe de journalistes et de conseillères publicitaires chevronnées.

Je remercie aussi Marie-France Despatis, dont le Reflet lui a été inspiré par Aimé Despatis, son père, un homme tout aussi inspiré. J’ai apprécié son support et son aide dans la réalisation de ce 21e magazine annuel.

Mais si l’on peut célébrer le lancement du Reflet 2004, on le doit à la confiance de nombreux industriels, commerçants, professionnels et dirigeants d’organismes économiques et publics. En publicisant ainsi leurs produits etservices dans le Reflet, ils démontrent leur sentiment d’appartenance à notre région. Nous apprécions grandement que ceux-ci soient au cœur de ce succès.

Chers lecteurs et lectrices, je vous souhaite bonne lecture en espérant que vous ferez, encore cette année, de jolies découvertes dans ce nouveau Reflet.

La Roche à papa...

J’ai reçu une missive touchante de Marie-Claire Demers, veuve d’André Saint-Pierre. Copropriétaire du Centre de Vélo Mascouche, ce dernier, qui a été fauché mortellement alors qu’il faisait du vélo sur nos routes, avait popularisé ce sport dans cette ville. Marie-Claude me faisait part d’une discussion qu’elle a eue avec ses garçons lorsqu’ils ont dîné récemment au pied d’un monument élevé par la Ville de Mascouche en hommage à André. Surnommée la « Roche à papa », cette pierre est ornée d’une belle plaque et, c’est à noter, d’un joli petit vélo.

Aleck, 3 ans : Yé où le vélo à papa?

Marie-Claire : Quelqu'un l’a volé.

Thomas, 6 ans : Quoi? Mais pourquoi?

Marie-Claire : Je sais pas. Il le trouvait beau et voulait le garder.

Thomas : Mais c'est pas à eux.

Aleck : C'est quoi, voler?

Marie-Claire : C'est quand quelqu'un prend quelque chose sans le demander et se cache pour pas se faire prendre.

Thomas : Est-ce qu'ils vont le redonner?

Marie-Claire : Je ne crois pas. Les gens ne redonnent pas, parce qu'ils ont peur de se faire chicaner.

Aleck : Y sont pas gentils, hein, maman?

Marie-Claire : Ils n’ont pas réfléchi.

Aleck : Pauvre « Roche à papa ». Elle n’a plus son vélo.

Marie-Claire complète sa missive ainsi : « Ce sont les réflexions de mes garçons. J'ai vécu aussi toute une gamme d'émotions de la part de plusieurs parents, d’amis et de gens que nous avons croisés en dînant. Comme je l'ai dit à Aleck, les personnes qui l'ont pris n'ont pas réfléchi à la peine qu’ils feraient à tout le monde. »

***

Bien qu’il n’y ait rien de surprenant à ce que cette jolie petite œuvre d’art se soit fait voler par des vandales en mal de mauvais coups, j’espère que les idiots qui ont mis la main sur le petit vélo le retourneront à la municipalité pour qu’il retrouve André. J’invite même les gens à dénoncer ces pauvres individus, qui, acculés au pied du mur, n’auront d’autres choix que de le remettre.

25 mai 2018 Implantologie cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités