-1° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

PELLICULE & POPCORN, avec Jérome Pilette

Mercredi 15 décembre 2004

Vince Vaughn et Ben Stiller se réunissent à nouveau pour jouer au ballon chasseur dans ce film réalisé par un illustre inconnu qui risque fort de rester illustre dans le domaine de l’inconnu.

Un groupe de gens un peu bizarres doivent participer à un tournoi de ballon chasseur pour gagner 50 000 $ et sauver leur gymnase d’entraînement, sans quoi le vilain White Goodman (Ben Stiller) prendra possession de l’établissement et en fera un stationnement pour son propre gym, situé en face.

Ce film s’inscrit dans la lignée des "La fraternité" et "Strarsky & Hutch" : même répertoire de vedettes et également un scénario très proche de celui de "La fraternité" : un groupe à sauver, un délai, un vilain qui met des bâtons dans les roues et beaucoup de gags immatures et classiques. "Ballon chasseur" est sans doute moins drôle que ses prédécesseurs du genre, mais tient tout de même bon la rampe.

Le film se permet quelques critiques à l’égard d’Hollywood, ce qui ne veut pas dire grand-chose étant donné qu’il s’agit d’une comédie tout ce qu’il y a de plus classique, qui suit les règles à la lettre. Le DVD propose une fin alternative, supposée plus surprenante, mais, entre vous et moi, après plus 100 ans de cinéma, que le bon ou le méchant l’emporte, je crois qu’on en est rendu plus loin pour tenter d’être original. C’est donc un film qui veut avoir l’air de défier les règles d’Hollywood, de se donner un look "mauvais garçons", mais qui ne sort absolument pas du profil type : une comédie tout ce qu’il y a de plus commercial, très moyenne.

Écrivez-moi : jerome_p_@hotmail.com

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités