-2° Terrebonne, vendredi 17 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

LA RÉUSSITE... MISSION POSSIBLE !, par Robert Darche & Jean Bourque

Mercredi 8 décembre 2004

L’IMPACT DU PETIT ÉCRAN SUR LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS

Devons-nous nous en méfier?

Avec l’arrivée de la période du magasinage des fêtes, nous sommes à la recherche de cadeaux pour nos enfants, et la tentation est forte de laisser tomber le bon vieux jeu d’échecs, le livre ou le jeu de société pour orienter nos choix vers les cassettes ou jeux électroniques à la mode.

Sans vouloir mettre au rancart ces nouvelles technologies, qui peuvent s’avérer une excellente source d’apprentissage et de divertissement, nous voulons plutôt susciter chez vous une réflexion sur l’influence que peut avoir le petit écran sur le développement de l’enfant ainsi que dans la vie familiale au quotidien.

La moyenne de temps passé devant un petit écran par les enfants est d’environ 25 heures par semaine. En sortent-ils GAGNANTS ou PERDANTS?

En passant plusieurs heures devant le petit écran, l’enfant s’entraîne davantage à être PASSIF plutôt qu’à être ACTIF. Le petit écran demande PEU D’EFFORTS alors que pour mémoriser et apprendre, il est nécessaire de pratiquer et de FAIRE DES EFFORTS. Par ailleurs, la surconsommation de jeux vidéo peut provoquer, à la longue, de la fatigue physique et intellectuelle. Devant le petit écran, l’EFFORT DE CONCENTRATION n’est pas soutenu par l’enfant lui-même, mais par un bombardement constant de stimuli visuels et auditifs.

De plus en plus de parents et d’éducateurs sont devant le constat suivant face aux enfants : recrudescence des difficultés de concentration et d’hyperactivité, hausse marquée de l’agressivité et de la violence, problèmes d’obésité, sans parler du nombre croissant d’enfants médicamentés. Et que penser de ces ados qui passent des heures à clavarder ou à jouer à des jeux vidéo, délaissant ainsi leur responsabilité scolaire tout en s’isolant du monde réel.

Ne perdons pas de vue que nous sommes parmi les premières générations de parents à devoir éduquer des enfants dans un milieu où il y a autant de petits écrans (téléviseur, ordinateur, Internet, jeux vidéo). Il est donc primordial de comprendre l’impact de cette expérience.

Petite enquête…

À la suite d’une petite enquête, nous sommes en mesure de constater :

- que beaucoup d’enfants regardent la télé au moment des repas;

- qu’un enfant sur trois a un téléviseur dans sa chambre et que souvent l’étude et les devoirs se font devant le téléviseur;

- que moins du tiers des enfants ont des règlements concernant l’usage du petit écran à la maison;

- que six fois plus de garçons que de filles sont attirés par les jeux vidéo violents;

- que la majorité des enfants consomment entre 20 et 25 heures de petit écran par semaine.

Devant ces données, une famille de la rive nord de Montréal a réagi en limitant l’utilisation du petit écran à une heure par jour. Les parents ont établi un horaire de visionnage avec choix d’émissions. Ils ont passé en revue les jeux disponibles à la maison, ont aménagé un coin bricolage (feuilles, crayons, livre à colorier, peinture, etc.) ainsi qu’un coin lecture. Ils ont également incité les enfants à s’inscrire à une activité extérieure et à jouer dehors.

Au bout de quelques mois de PERSÉVÉRANCE et d’IMPLICATION, les parents ont pu constater :

- que les enfants s’adonnaient plus à la lecture;

- qu’ils faisaient de plus en plus preuve de créativité (construction, jeux imaginaires, etc.);

- qu’il y avait diminution de la tension et plus de place au dialogue, surtout au moment des repas;

- que la pratique d’activités extérieures remplaçait peu à peu l’oisiveté et la passivité;

- que le temps consacré aux travaux scolaires était mieux structuré et respecté;

- et que la coopération dans les tâches familiales avait augmenté.

À l’image de cette famille, ne laissons pas les technologies visuelles perturber notre vie familiale. Osons être différents comme parents et offrons une présence constructive à nos enfants.

Nous vous souhaitons un bon temps des fêtes en famille!

18 nov 2017 Ecole Vision cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités