-5° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un Brin d'histoire
Un paysage très typique des rues de Terrebonne en 1917, ici la rue Saint-Pierre et la maison Jasmin, à droite. (Photo : SHRT, Coll. Frère Savignac)

Un Brin d'histoire

Claude Martel

Vendredi 22 septembre 2017

Les « pensées » de L’Écho de Terrebonne

Ce n’est pas la première fois que l’on se penche sur L’Écho de Terrebonne, premier journal local publié de façon intermittente entre 1917 et 1921, mais cette semaine, on s’attarde à la chronique «pensées» qui, par de courtes citations, nous permet de mieux saisir la culture et les valeurs sociales d’il y a un siècle.

 

L’Écho d’Amédée Jasmin

Rappelons que l’éditeur du journal, Amédée Jasmin, est un homme visionnaire, très progressiste, voire très avant-gardiste pour son temps. Il profite du journal pour y inscrire quelques pensées qu’il fait siennes, tentant de faire évoluer les esprits de la population, qu’il juge trop conservatrice. On ne doit pas perdre de vue ici que nous sommes dans un contexte de guerre (1917-1918), puis de renaissance et d’espoir d’un monde meilleur (1919-1921). L’influence culturelle de la religion judéo-chrétienne qui domine la société teinte également plusieurs de ces pensées.

 

Les pensées du siècle dernier

  • La femme est la première éducatrice, mais elle ne peut donner plus d’instruction qu’elle n’en a reçue elle-même; et si elle a des idées fausses, elle les transmet à son enfant.

  • Ce qui manque aux orateurs en profondeur, ils nous le donnent en longueur. (Montesquieu)

  • Nous souffrons beaucoup du peu qui nous manque et nous jouissons peu du beaucoup que nous avons. (Shakespeare)

  • L’homme peut généralement plus qu’il ne croit, mais il ne sait pas toujours ce qu’il peut. Les circonstances seules lui révèlent ses capacités ignorées.

  • La véritable indépendance repose en trois mots : «Vivre de peu».

  • Louise – Je ne marierais jamais un homme que je n’aimerais pas. Maria – Mais supposons qu’un homme très riche proposerait? Louise – L’idée! Oh! Mais je l’aimerais celui-là!

  • L’alcoolisme, c’est la vieillesse à 40 ans. (Dr Lancereaux)

  • La vie est un concours de tous les jours où n’échouent que les lâches et les incapables. La jeunesse doit garder en elle des ressources inépuisables de courage, de persévérance, d’inlassable espérance, et cette confiance dans le succès qui est un élément de joie et de triomphe certain.

  • Le plus sûr moyen de conserver, à travers les années de labeur, la résistance morale et physique est de porter gaiement le fardeau quotidien, de savoir retrouver, à chaque tournant difficile, des forces vives et un élan nouveau.

  • Une once de discrétion, dit un proverbe anglais, vaut une livre d’esprit.

  • Dans le mariage, l’amour est une religion ; il vit de dévouement et d’enthousiasme, et, pour lui, les plus grands sacrifices sont les plus doux plaisirs.

  • La notion et le goût des choses de l’esprit, qui font les sociétés vraiment civilisées, restent étouffés sous la monstrueuse croissance des appétits grossiers, des ambitions vulgaires, des vanités lourdes et sottes, des frustes omnipotences d’écus… (Henri Bourassa)

  • Toujours aimer, c’est être toujours jeune.

  • Il faut garder dans son cœur un coin de verdure et de jeunesse, un coin où l’on n’ait rien récolté, où l’on puisse toujours semer quelque plante nouvelle.

  • Deux choses font la médiocrité de la vie : la faiblesse et l’éparpillement de nos vouloirs.

  • Quand l’extravagance entre par la porte, le bonheur sort par les fenêtres.

  • Transformer les idées d’un peuple c’est changer sa conduite, sa vie, et par conséquent le cours de son histoire.

  • Celui qui fait toujours ce qu’il veut fait rarement de qu’il doit. (de Beauchesne)

  • Examinez bien si ce que vous promettez est juste et si vous pouvez le tenir ; la promesse faite ne doit plus être révoquée.

  • Nous nous consolons rarement des grandes humiliations ; nous les oublions. (Vauvenargues)

  • Les gens sans caractère sont comme les visages sans physionomie.

  • Le lâche est celui qui ne dit pas devant les autres ce qu’il pense quand il est seul. (Paul Reboux)

  • La raison ne dit pas que la guerre doit disparaître un jour, mais elle dit qu’il faut agir comme si la guerre devrait disparaître. (Kant)

  • Canadiens-Français, n’oublions pas que si nous voulons assurer notre existence nationale, il faut nous cramponner à la terre, il faut laisser à nos enfants non seulement le sang et la langue de nos ancêtres, mais encore la propriété de sol. Si plus tard on voulait s’attaquer à notre nationalité, quelle force le Canadien-Français ne trouvera-t-il pas pour la lutte dans son enracinement au sol? (George-Étienne Cartier)

  • Elle – J’ai rêvé la nuit dernière que j’étais au ciel. Lui – Est-ce que tu m’y as vu? Elle – Oui, c’est alors que je me suis rendu compte que je rêvais.

  • Le repentir – Comment tu as tenté de te suicider la semaine dernière, on a coupé la corde à temps et tu avais promis de ne plus recommencer. Aujourd’hui je te trouve occupé à te passer la corde au cou! Qu’as-tu fait de tes bonnes intentions? Comme tu vois, je me «repends».

  • Dans toutes les phases de la vie sentimentale, depuis l’enfance où nous devions obéir, aveuglément, sans comprendre, ou acheter très cher la plus élémentaire sagesse ; à travers les années turbulentes de l’adolescence qui se cherche et de l’ardente jeunesse qui croit déjà tout savoir, nous voyons que l’expérience de l’un n’est aucune utilité aux autres. S’il en était autrement, le monde serait parfait aujourd’hui, car toutes les combinaisons de circonstances se sont déjà produites maintes fois, avec des résultats presque analogues qui devraient rendre aisé de les prévoir ou de les éviter ; mais il semble qu’une loi inéluctable nous force à refaire toute la même route, à hésiter aux mêmes carrefours, à trébucher dans les mêmes fossés, bien qu’il y ait souvent quelqu’un pour nous donner l’alarme. On a dit avec justice que l’expérience est le nom que nous donnons à nos erreurs.

  • Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit. (La Rochefoucauld)

 

 Sources : Journaux L’Écho de Terrebonne de 1917 à 1921.

31 dec 2017 Ptit Creux

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités