13° Terrebonne, lundi 25 juin 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un Brin d'histoire
Publicité tirée du «Courrier de Terrebonne» en décembre 1949.

Un Brin d'histoire

Claude Martel

Vendredi 15 décembre 2017

Noël en publicité

Vous avez sans doute remarqué qu’en cette période des Fêtes, la publicité est omniprésente dans l’environnement médiatique. On fait donc place, cette semaine, à une incursion dans l’évolution de la publicité, particulièrement celle de Noël.

 

Origines de la publicité

Dans l’Antiquité, soit il y a plus de 1 000 ans avant Jésus-Christ, des affiches étaient conçues à cet effet. Mais c’est véritablement avec l’apparition de l’imprimerie, au XVe siècle, qu’apparaissent les premiers prospectus publicitaires, généralement distribués en mains propres. Toutefois, il faut attendre la révolution industrielle pour que la publicité s’incorpore dans les journaux, et cela se produit en France dès 1836.

Un siècle plus tard, les Américains vont développer l’art de la publicité pour en faire une science. Au cours des années 1950, la publicité connaît un développement majeur, notamment en qualité; c’est la consécration du marketing comme discipline de gestion, laquelle apporte un éclairage complémentaire aux stratégies de commercialisation. La publicité se raffine et s’intègre aux valeurs sociales. Les journaux deviennent un important vecteur de publicité et celle-ci croît davantage après 1950.

La publicité des fêtes

Malgré le fait que le personnage du père Noël n’apparaît qu’en 1821 et qu’il s’incruste dans la culture populaire au XIXe siècle, il faut attendre en 1931, alors que la compagnie Coca-Cola associe le personnage à sa publicité, pour voir le vieillard aux habits rouge et blanc prendre l’avant-scène des images publicitaires.

La publicité à Terrebonne

Le premier journal local, L’Écho de Terrebonne (1917-1921), ne fait aucune publicité spécifique pour les Fêtes. Il faut attendre l’arrivée d’un second journal, Le Courrier de Terrebonne, publié à compter du 22 octobre 1949, pour voir apparaître nos premières publicités locales de Noël. Le premier constat est que l’on est principalement en présence d’une publicité «native» dite sympathique où les entreprises recherchent davantage la notoriété que la vente d’un produit. D’ailleurs, les commerces n’affichent pas le prix des articles promotionnels, c’est la notoriété du commerçant qui compte. Le message est important, l’occasion de promouvoir son entreprise et aussi celle d’offrir ses vœux et de remercier ses proches : les employés avant les clients, les amis; bref, les gens du village que l’on connaît tous. C’est encore une publicité «familiale». La portée du message : le respect d’autrui, l'amour du prochain, qui témoignent que Noël était encore une fête religieuse.

Bref, je profite de cette tribune pour transmettre mes meilleurs vœux de Noël et du Nouvel An à nos fidèles lecteurs.

______________________

 

Sources : Les publicités sont extraites du journal Le Courrier de Terrebonne, édition du 17 décembre 1949; fonds de recherche de l’auteur. (Pour voir les quatre publicités sélectionnées pour cette chronique, feuillletez la version papier ou virtuelle de La Revue du 20 décembre)

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités