14° Terrebonne, lundi 28 mai 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un Brin d'histoire
Extrait d’un plan cadastral du comté de Portneuf présentant les terres du rang Terrebonne situées aux limites des villes de Pont-Rouge et Cap-Santé.

Un Brin d'histoire

Claude Martel

Vendredi 19 janvier 2018

Les « Terrebonne » du Québec

En parcourant la base de données de la Commission de toponymie du Québec, j’ai été surpris de réaliser à quel point le nom «Terrebonne» est présent dans différents endroits au Québec. En voici un bref portrait.

 

«Notre Terrebonne»

Il y a bien entendu la ville de Terrebonne, pas de surprise de ce côté-là. Pour sa part, le secteur Terrebonne comprend les limites de l’ancienne ville, avant la fusion municipale de 2001. D’ailleurs, le secteur Terrebonne est lui aussi issu de la fusion des ex-municipalités de la ville de Terrebonne et de la paroisse de Saint-Louis-de-Terrebonne, en 1985. On compte en outre la circonscription électorale fédérale, qui englobe les limites de la nouvelle ville, puis la circonscription électorale provinciale, qui comprend le secteur Terrebonne et la portion de Lachenaie située à l’ouest de la montée Dumais. Il y a bien sûr le bureau de tri de la poste de Terrebonne maintenant relocalisé dans le Parc 640 Est.

Notre ville a jadis été le chef-lieu d’un grand comté qui s’étendait de l’île Jésus en remontant «au fin fond» du nord. À la fin du XIXe siècle, il s’étire entre la rivière des Mille Îles et l’actuelle ville de Mont-Tremblant, au nord. Cet ancien comté forme aujourd’hui la circonscription foncière (ou division d’enregistrement) de Terrebonne, ainsi que le district judiciaire du même nom. Toutefois, le chef-lieu est maintenant situé à Saint-Jérôme.

En raison de son histoire, il existe toujours un territoire «historique» appelé la seigneurie de Terrebonne, qui inclut aussi les seigneuries des Plaines et Lacorne ainsi que le fief Sainte-Claire. Cela correspond essentiellement au secteur Terrebonne, à l’ouest du secteur La Plaine et aux municipalités de Sainte-Anne-des-Plaines et Sainte-Sophie. Deux voies de communication qui portent l’odonyme «Terrebonne» traversent aussi notre territoire, soit le boulevard de Terrebonne et la côte de Terrebonne. On pourrait aussi parler du «vieux pont de Terrebonne», bien que ce n’était pas son nom officiel, mais son nom usuel, qui a été remplacé en 2007 par le nouveau pont Sophie-Masson. Moins connu du public, on retrouve le Plateau de Terrebonne, cet ensemble physiographique qui s’étend dans notre MRC et que les gens d’ici appellent plutôt le «coteau».

Les «rangs» Terrebonne

Un rang, c’est une entité géographique en milieu rural qui regroupe un ensemble de terres, formant une concession, ou un rang, et par extension, le nom du rang est souvent attribué au chemin de front qui traverse ce rang. Ainsi, au Québec, on retrouve trois rangs Terrebonne, soit celui situé au nord-ouest de Pont-Rouge, servant aussi de limite aux terres de Cap-Santé (voir carte). Le plus connu est certes celui qui relie les villages de Saint-Irénée et Pointe-au-Pic, nommé ainsi en l’honneur du député et homme d’affaires Rodolphe Forget (1861-1919), natif de Terrebonne. Enfin, celui de Sainte-Perpétue (MRC de L’Islet) sépare les terres des rangs 3 et 4 du canton Garneau.

Les odonymes Terrebonne

Un odonyme est un nom propre qui désigne une voie de communication, que ce soit une route, un chemin, un carré, une place, une rue, etc. Ainsi, le Québec compte, outre les trois rangs mentionnés ci-dessus, 12 autres odonymes Terrebonne.

La «rue de Terrebonne» se retrouve dans les villes québécoises de Sherbrooke, Saint-Jérôme, Québec, Mercier, Gatineau, Montréal et Granby. De façon similaire, on retrouve la rue Terrebonne Est dans la municipalité de Sainte-Perpétue, située dans la MRC de L’Islet (Chaudière-Appalaches). On recense aussi le carré de Terrebonne à Sainte-Thérèse ainsi que le chemin Terrebonne, longeant la rivière Etchemin, dans le secteur Saint-Jean-Chrysostome de Lévis et dans Saint-Henri.

Enfin, un seul cours d’eau porte le nom de Terrebonne : il s’agit d’un ruisseau formant un affluent de la rivière Chaudière dans le secteur Saint-Nicolas, à Lévis. On retrouve toutefois un chenal dans le fleuve Saint-Laurent, le chenal Terrebonne, situé dans les îles de Contrecœur.

 

Source : Base de données de la Commission de toponymie du Québec

2018-05-21 au 06-29 - Galeries Rive-Nord CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités