18° Terrebonne, jeudi 16 août 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un Brin d'histoire
Acte de vente du 26 octobre 1681. Tentez de trouver «la Chesnays» et «Terbonne».

Un Brin d'histoire

Claude Martel

Vendredi 9 février 2018

Lachesnaye, Massecouche, Terbonne!

 

Eh bien, non, votre chroniqueur n’a pas fait de faute en tentant d’écrire le nom des localités : Lachenaie, Mascouche, Terrebonne! Il s’est tout simplement inspiré de l’une des multitudes formes graphiques utilisées au XVIIIe siècle pour désigner nos trois localités.

 

Contexte

On oublie parfois qu’à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, peu de gens maîtrisent l’art d’écrire. La strate du peuple instruite se limite alors aux membres du clergé, aux notaires, aux officiers militaires de haut rang, à bon nombre de marchands et à quelques rares artisans ou habitants. On oublie également que les dictionnaires se font plutôt absents et que, même chez les plus instruits, la maîtrise du français écrit est un phénomène rarissime. Cela explique donc que même nos notaires et curés vont perpétrer d’innombrables fautes, ou mauvaises graphies, et ce, particulièrement lorsqu’il fallait écrire le nom d’une localité ou le nom d’une personne. On y allait au son, à moins que le nom ou le lieu soit connu de tous.

Pour les besoins de cette chronique, nous avons analysé la banque notariale Parchemin et avons recensé toutes les formes graphiques de nos trois localités de l’époque, et ce, pour la période allant de 1670 à 1794.

Lachenaie

À l’époque, et jusqu’au début des années 1900, Lachenaie se prononce en deux mots : «La» «Chenaie». Ce toponyme commémore l’un des premiers seigneurs de l’endroit, Charles Aubert de La Chesnaye. Sous le régime français, il n’y a pas d’accent qui accompagne la lettre «e», si bien qu’un «é», un «è» et un «ê» s’écrivaient invariablement «es». C’est sensiblement la même chose pour la lettre «y» qui sert de «i». Ainsi, La Chesnaye, se prononçait tout simplement «La Chenaie».

La recherche dans la banque notariale Parchemin a permis de recenser 50 façons d’écrire le toponyme «Lachenaie». L’usage d’une majuscule en début de nom était facultatif, mais pour les besoins de l’étude, nous l’avons mise partout. Bien qu’ils fussent majoritairement écrits en deux mots, l’on trouve des versions en un mot; parfois, ce «détail» n’est pas évident. Ainsi, pour chacune des 50 «variations», nous avons inscrit les occurrences trouvées, ce qui nous donne : Lachenaye (4 538) (39 %), Lachesnaye (3 068) (26 %), Lachenaie (1 847) (16 %), Lachenay (767) (7 %), Lachenais (474) (4 %), Lachesnay (305) (3 %), Lachenays (242) (2 %) et bien d’autres petites variantes telles que Lachesnays (69), Lachenest (36), Lachenaîe (24), Lachesnais (17), Lachénaye (13), La chenaye (13), Lachenet (7), Lachenets (6), Lachesnaie (6), La chesnaye (5), Lachénais (4), Lachenes (4), Lachesnest (4), Lachénay (3), Lachenayst (3), Lachesnayes (3), Lachenai (2), Lachenait (2), Lachènaye (2), Lachenayé (2), Lachenayë (2), Lacheney (2), Lachesnayée (2), Lachesnet (2), et les cas uniques de Lachenaies, Lachenaise, Lachenaist, Lachenaits, Lachenaiy, Lachenanye, Lachenat, Lachenauye, Lachenayes, Lachenayt, Lachenes, Lachennay, Lachennaye, Lachesnai, Lachesnayé, Lachesnayê, Lachesné, Lachesnée et finalement La chenay.  

Mascouche

Il y a ici moins de variantes, la moitié est écrite de la façon suivante : Maskouche, pour 1 687 cas (49 %), puis Mascouche (1 151) (33 %) et Massecouche (606) (17 %). On retrouve quelques cas uniques de Mascoche, Maschouche, Mascouches, Mascousche, Mascousse et Masecouche. Notons également que la localité était désignée sous le nom de Rivière Mascouche dans 176 cas, Rivière Maskouche dans 21 cas et Rivière Massecouche dans 17 occurrences. 

Terrebonne

Au cours de ces 124 ans d’étude, on observe qu’au début, il était plus fréquent d’écrire ce toponyme sous sa forme «Terbonne»; c’est d’ailleurs la façon dont il est écrit dans l’acte de concession de 1673. Cette occurrence apparaît 901 fois (17 %), mais la façon la plus commune est celle que l’on utilise aujourd’hui. Ainsi, le nom «Terrebonne» apparaît 4 292 fois, pour 81 % des occurrences. On retrouve néanmoins quelques variantes, telles que Terre bonne (37), Terrebone (24), Terrbonne (24), Tere bonne (7), Terbone (3), Terrebonnes (3), Terebone (2), Terrebon (1), et Terbon (1).

 

_______________________

Source : Fonds de recherche de l’auteur, compilé à partir de la banque notariale Parchemin.

 

La Revue en 5 minutes CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités