16° Terrebonne, jeudi 20 septembre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un Brin d'histoire
Emplacement du premier collège Masson de 1847 à 1857, où se trouve aujourd’hui la résidence du 997, rue Saint-Louis. L’édifice en pierres mesurait 75 pieds sur 40 et comprenait deux étages avec un toit incliné percé de lucarnes. (Extrait modifié du Plan du village de Terrebonne par Joseph-Cyrille Auger, approuvé par Carolus Laurier, arpenteur, 1853, paru dans Une cure sans dîme, p. 30, SHRT, 1978)

Un Brin d'histoire

Claude Martel

Vendredi 13 avril 2018

Le bref passage des clercs de Sainte-Croix à Terrebonne

 

Au début de l’année 1847, le seigneur Joseph Masson, son épouse, Sophie, et le curé Adrien Théberge mettent en œuvre un projet visant à doter Terrebonne d’un collège de qualité.

 

Les démarches préliminaires

La Commission scolaire de Terrebonne, nouvellement formée, s’intéresse au projet et les commissaires réunis en date du 12 mars 1847 étudient la proposition de Mgr Prince, administrateur du diocèse de Montréal en l’absence de Mgr Bourget, en voyage en France afin de recruter des religieux pour son diocèse. Les commissaires décident unanimement de procéder à l’embauche de trois religieux «enseignants par état», dont un devra enseigner l’anglais. On leur vote un salaire de 40 livres par année pour chacun d’eux.

Deux jours plus tard, les paroissiens sont réunis à la sortie de la grand-messe. Le curé Théberge leur demande de souscrire 2 400 livres afin de payer les frais de voyage des religieux qui partent de Le Mans, en France. On vote «avec enthousiasme» la somme requise. L’appui de Terrebonne étant acquis, Mgr Prince écrit le 27 mars une lettre au père Moreau, supérieur général des Religieux de Sainte-Croix, à Le Mans, et lui demande trois frères pour Terrebonne.

La demande étant accordée, les trois clercs de Sainte-Croix font la traversée en compagnie de Mgr Bourget (évêque de Montréal), ainsi que d’autres religieux de Sainte-Croix qui iront à Saint-Laurent et d’une petite congrégation de clercs de Saint-Viateur pour le nouveau collège de l’Industrie (Joliette). Le groupe s’embarque sur un voilier à partir de Le Havre le 30 avril et arrive à New York le 23 mai suivant, puis à Montréal le 27 en après-midi.

Les clercs à Terrebonne

Les trois frères arrivent à Terrebonne le 2 juin 1847, mais comme leur collège et logis n’est pas encore prêt, ils logent chez une dame Limoges jusqu’au 3 juillet.

Mme Masson fait don à la fabrique d’un ancien entrepôt de la rue Saint-Louis afin de le transformer en collège et en logis pour les religieux. Les classes ouvrent le 8 juillet et accueillent aussitôt une centaine d’enfants répartis en trois classes.

Malgré la popularité de l’établissement, on se rend vite compte que les commissaires d’école n’ont pas l’habitude de traiter avec des religieux; d’ailleurs, ils se montrent exigeants envers les clercs au point de constituer une entrave au développement du collège. De plus, le curé Théberge et les commissaires souhaitaient en faire un collège classique, un pensionnat latin. Les paroissiens votent même une résolution en ce sens le 18 avril 1849, mais le supérieur canadien des clercs fait vite remarquer qu’ils ne sont pas venus de France pour enseigner le latin à Terrebonne. Mgr Bourget les appuie, soulignant que dans le voisinage, on retrouve déjà deux établissements de ce genre (L’Assomption, Sainte-Thérèse).  

Le collège Masson était dans les faits une école commerciale. Mais le curé Théberge, tenace, relance Mgr Bourget et lui propose de prendre la direction du collège. L’évêque tente d’arranger l’affaire. Dans le contexte, Mgr Bourget suggère aux clercs de quitter Terrebonne, ce qu’ils font le 31 décembre 1849.

Pendant leur séjour à Terrebonne, les clercs de Sainte-Croix y avaient ouvert un noviciat, car ils songeaient à faire de Terrebonne un de leurs principaux établissements. Malgré cet échec, qui aurait pu contribuer largement à l’essor de l’éducation à Terrebonne, le collège Masson connut par la suite beaucoup de popularité comme collège d’enseignement commercial. En 1857, un nouvel édifice plus spacieux est construit sur la rue Saint-Louis, face à la rue Laurier, mais il est détruit par un incendie en 1875.

______________

Source : Bulletin des recherches historiques, vol. 28, no 4, avril 1922, texte de Phileas Vanier, CSC, «Qui a fondé le collège de Terrebonne appelé collège Masson».

18 janvier 2018 - Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités