2° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

VOICI, VOILÀ - UNE AFFAIRE, UNE AUTRE, par Marie-France DespatiS

Mardi 11 octobre 2005

Chronique tonique, un brin éclectique, un tantinet philosophique, en masse humoristique et un fétu ironique.

DU PAIN ET DES JEUX

Et vive la période électorale! Outre le fait que les organismes peuvent vendre des tables complètes aux équipes en lice, outre l’occasion que les citoyens ont de remarquer que les candidats sont tous pour la vertu, outre la possibilité que les lecteurs ont d’observer les garde-robes et les différents faciès des candidats quasiment à toutes les pages de leurs hebdos, les deux, trois mois de campagne réjouissent les amateurs d’humour et de bons mots dont je suis, je l’avoue.

Quels beaux moments! Oh oui! que c’est hilarant, de voir se forcer nos aspirants à la gestion de notre communauté puiser dans les largesses de notre langue pour débattre entre eux de leurs défauts.

J’ai bien aimé le "roseau" politique de M. Marcotte, quoique depuis le XVIe siècle, l’adjectif "imployable" soit banni du dictionnaire, mais presque autant le "déraille" de son opposant en parlant du train. Ça en a fait. Euh! du train.

Une nouvelle m’a bien amusée aussi, celle indiquant qu’on est bien chanceux d’avoir du gros développement commercial à Mascouche, car les revenus vont permettre d’investir dans le désembouteillage. Même si ce n’était pas écrit, on a tous compris que l’embouteillage était causé par, euh… le gros développement? Bien, je pense que c’est à peu près ça que ça voulait dire.

Pour augmenter mon plaisir et celui des citoyens-lecteurs, je suggère aux protagonistes de consulter le dicomoche.net, site Internet fort adéquat et éloquent en matière de propos salaces et sagaces qui affirme que "ce que l’on conçoit mal s’énonce obscurément et les mots pour le dire arrivent péniblement".

Je sais bien qu’ils n’auront pas le temps, nos bons amis, alors voici ma contribution (au fait, j’ai lu au mot "contribuable" ce qui suit : "Qui a dit que les Anglais sont hypocrites? Eux, ils disent taxpayer. Le Finnois parle lui aussi de payeur d’impôts, tandis que les Français sont tout heureux de contribuer à la marche en avant de leur pays."). Bon, je change de mot alors; voici plutôt ma participation.

- Pour tous les projets de développement industriel, commercial, résidentiel, gratte-ciel et universels de M. Marcotte : plutôt que d’employer le simpliste vocable "on va commencer ce développement", dites plutôt que vous allez "amorcer"; ça va faire plus de bruit!

- Pour tous les projets de M. Hamelin, ne dites pas que vous allez reprendre le contrôle de la Ville, mais plutôt que vous allez "l’impatroniser" qui signifie "se rendre maître".

Aux deux, plutôt que de faire les coqs, inspirez-vous de l’Action de grâce et soyez l’un envers l’autre de doux chapons. Vous pourrez quand même vous picosser, allez…

Aux deux, j’offre de préconiser dans leurs déclarations le mot "anticiper" plutôt que "prévoir". Les prévisions, c’est bon pour les cartomanciens tandis que l’anticipation, ça signifie "agir par avance".

J’anticipe pour ma part bien du plaisir d’ici le dominical verdict!

CHEZ-NOUS, CHEZ ELLE

C’est dans l’ordre des choses que les politiciens en période électorale s’approprient des dossiers. Tout de même, je désire relever l’immense travail de Mme Andrée Martel de l’Association québécoise de défense des droits des retraités et préretraités (A.Q. D. R.) des Moulins et de toutes les bénévoles qui s’y sont associées pour doter la région du Chez-Nous du Communautaire. La Ville et d’autres instances y ont participé, certes, mais elles ne l’ont pas imaginé, inspiré, débattu, engendré, porté, mis au monde. Reconnaissance totale donc à Mme Martel, qui fera que chez elle, on sera chez nous.

PRIMEUR

Et puis, les Faces de carême? me demande-t-on. Je vous annonce en primeur que nous reviendrons fin novembre en scène avec un spectacle intitulé "Les Faces de carême à Noël". Plus de nouvelles avant l’avent, promis!

PAROLE D’OR

Le luxe de demain sera la lenteur au milieu du silence.

1 an Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités