-14° Terrebonne, dimanche 17 décembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

50 ans de générosité
Autour d’une photo de sœur Denise, première responsable du Centre d’entraide de Mascouche, on retrouve Claude Ritchie, représentant pour l’évêque, Gabriel Michaud, Louise Forest et Bertrand Lefebvre, élus municipaux, Francine Chénier, Guillaume Tremblay, maire, Suzanne Brien, Alain Rioux, Frédéric Hamel, coordonnateur du Centre, Manon Perreault, Sonia Sénéchal, Gaston Guilbault, Pierre Raymond, Laurence Duval et Éric Généreux.

50 ans de générosité

Stéphane

Lapierre

redaction@larevue.qc.ca

Mardi 12 septembre 2017

Quand un couple fête ses 50 ans d’amour, on parle de noces d’or. Dans le cas du 50e anniversaire du Centre d’entraide de Mascouche, on peut convenir qu’il s’agit de noces de cœur, car l’histoire d’amour entre tous les responsables, les bénévoles et les familles en est une qui marque l’histoire de la ville.

Il fallait être présent au Pavillon du Grand-Coteau, le samedi 9 septembre, pour saisir l’intensité de l’esprit fraternel qui habitait tous les responsables, bénévoles et dignitaires réunis pour ce 50e anniversaire. Les invités discutaient entre eux avec familiarité, joie et humour, heureux de se retrouver pour cette fête.

Frédéric Hamel, coordonnateur au Centre, n’a pas tari d’éloges à l’égard des nombreux et généreux bénévoles présents, de tous les partenaires impliqués, incluant la participation de jeunes de l’Impact et de l’APETL (Association de parents d’enfant trisomique-21 de Lanaudière). «Le Centre d’entraide, c’est 130 bénévoles acharnés qui donnent un grand coup de main à plus de 440 familles de la région, donc à d’innombrables enfants, précise-t-il. Ce sont des enfants qui ont ainsi plus facilement la chance de manger le matin et de partir à l’école dans des conditions gagnantes pour leur réussite.»

Un personnage-clé

Selon Éric Généreux, prêtre responsable de la paroisse Saint-Henri, il était impossible de penser à fêter ce 50e anniversaire sans rendre hommage à sœur Denise, première responsable du Centre d’entraide à sa création en novembre 1967. «On disait d’elle qu’on la trouvait partout où il y avait un pauvre à aider, un incompris à écouter, des familles dans le besoin à aider.» Inutile de préciser que le Centre d’entraide a gardé le cap dans le respect de cet esprit humaniste et charitable.

Des bénévoles jeunes et adultes

M. Hamel a également souligné l’apport énorme des organismes, en particulier des jeunes de l’Impact et de l’APETL, qui font partie des bénévoles du Centre. «Le Centre aide à intégrer ces jeunes, à leur donner une place active dans la société, dit-il, mais aussi à vivre une énorme valorisation par des actes de bonté. On les prépare à devenir des hommes et des femmes de valeur.»

Bob Cantin, enseignant à l’Impact, a quant à lui insisté pour féliciter et honorer les bénévoles adultes qui prennent ces jeunes en main. «Ils n’ont que 100 mètres à franchir pour se rendre de l’école au Centre, mais quel chemin ils parcourent pour leur vie, à acquérir des compétences, à être bien encadrés, à être valorisés, mais surtout à être aimés!»

«Quand tu es invité à venir souligner les 50 d’un organisme et que tu n’en as personnellement que 33, c’est assez impressionnant! a pour sa part déclaré Guillaume Tremblay, maire de Mascouche. Beaucoup de gens ont formé cette ville, l’ont élevée, on est au centre d’une communauté dans laquelle l’être humain est au centre des décisions. Mascouche est riche de ces gens.»

Le souhait général : que le Centre d’entraide demeure aussi vivant un autre 50 ans!

1 an Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités