14° Terrebonne, lundi 28 mai 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

À VOTRE SERVICE : Les gardiens de notre histoire collective
Catherine Bouvier, archiviste principale, et Denis Pepin, directeur général, manipulent avec soin un antiphonaire, c'est-à-dire un ouvrage contenant des partitions et paroles de certains chants grégoriens. Ce livre date de 1635. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

À VOTRE SERVICE : Les gardiens de notre histoire collective

Jean-Marc Gilbert

Mardi 23 janvier 2018

Créé en 1992 par des passionnés d'histoire, l’organisme Archives Lanaudière s'est donné comme mission d'acquérir, de conserver, de traiter et de diffuser toutes les archives relatives à Lanaudière, qu'il s'agisse de personnages qui ont marqué son histoire ou de ceux qui ont contribué à son rayonnement à travers les derniers siècles.

«Nous possédons près de 300 fonds d'archives. Nous sommes surtout à la recherche de documents exclusifs qu'on ne peut pas vraiment retrouver ailleurs. Donc un fonds d'archives peut représenter une seule boîte comme elle peut en représenter 50», explique Denis Pepin, directeur général de l'organisme agréé par Bibliothèques et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Réparti sur deux étages du Collège de l'Assomption, le centre de documentation emploie une douzaine de professionnels, dont la grande majorité possède une formation en archivistique, en histoire ou dans un domaine connexe pertinent.

Services et consultation

Les subventions n'étant pas suffisantes à elles seules pour assurer la pérennité financière d'un centre employant autant de personnel, Archives Lanaudière offre des services d'entreposage, de gestion de documents et de la formation. Les services de numérisation de documents sont aussi très populaires.

Tout citoyen qui voudrait consulter les nombreux documents qui sont entreposés dans un dépôt à température et humidité contrôlées, pour préserver l'état du papier, doit faire une demande préalable à Archives Lanaudière en consultant la liste de tous les documents disponible sur son site Internet, note M. Pepin.

Si autrefois la salle de consultation était plus achalandée, plusieurs chercheurs et universitaires préfèrent aujourd'hui la voie numérique. L'important, c'est qu'ils puissent avoir accès aux écrits, aux photographies et aux films qui témoignent des acteurs et des événements qui ont façonné la région. «Notre mission n'est pas de faire de l'histoire. C'est de permettre aux historiens de la diffuser», conclut le directeur général.

Et pour ceux qui se posent la question, le plus ancien document conservé par Archives Lanaudière est un livre au sujet de saint Thomas d'Aquin publié en 1588, ou plutôt en MDLXXXVIII, tel qu'indiqué à l'intérieur!

31 dec 2017-2018 Lise Viau cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités