5° Terrebonne, mardi 16 octobre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

À VOTRE SERVICE: Heureux mélange de club social et d'œuvre de charité
Bertrand Tétreault, Solange Rochon, Jean-Claude Raymond, Pierrette Vienneau et Alain Deslongchamps investissent de longues heures pour maintenir l'aire 3981 de l'Ordre fraternel des Aigles bien vivante. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

À VOTRE SERVICE: Heureux mélange de club social et d'œuvre de charité

Jean-Marc Gilbert

Mardi 28 novembre 2017

ORDRE FRATERNEL DES AIGLES

Alors que plusieurs regroupements locaux de l'Ordre fraternel des Aigles ont fermé leurs portes dans les dernières années, l'aire 3981 de Terrebonne est encore bien vivante. Officiellement fondé en 1984, l'organisme poursuit sa double mission de permettre à ses membres de socialiser et d'organiser des activités afin d’amasser des fonds pour différentes causes.

Liberté, vérité, justice et égalité sont les quatre valeurs fondamentales du mouvement de l'Ordre fraternel des Aigles, qui a vu le jour en 1898, à Seattle, dans l'état de Washington. Aujourd'hui, le mouvement compte plus d'un million de membres répartis dans 17 000 localités à travers les États-Unis et le Canada.

Dans le local appartenant à l'aire de Terrebonne, au 541, rue Saint-Louis, les quelque 65 membres peuvent se réunir du jeudi au lundi pour fraterniser ou s'adonner à différentes activités. Le lundi est consacré au canasta et le jeudi, aux poches. Ceux qui préfèrent chanter et danser y trouvent aussi leur compte avec le vendredi karaoké et les cours de danse en ligne du dimanche, explique Pierrette Vienneau, présidente du conseil d'administration.

Soupers, conférences et autres événements sporadiques sont organisés. Le grand public peut également louer la salle, ajoute la secrétaire, Solange Rochon.

Redonner à la communauté

Les profits amassés grâce aux activités sont remis à la communauté. «Chaque année, après l'assemblée générale, on choisit une cause. Par le passé, nous avons remis des milliers de dollars à MIRA, à la Société Alzheimer, à Dysphasie Lanaudière et à la Société de l'autisme, énumère Mme Rochon. Nous voulons que l'argent serve à faire avancer la recherche pour contrer les maladies.»

Des paniers de Noël sont aussi remis à des familles défavorisées du secteur. Perte de vitesse

Le mouvement, qui a déjà été plus populaire, est en perte de vitesse au Québec. Selon les membres de l'aire 3981, seulement trois aires locales existent toujours dans la Belle Province : Trois-Rivières, Ferme-Neuve et Terrebonne. Même celle de Saint-Jérôme, l'une des plus populaires jadis, a fermé ses portes. Certains membres ont trouvé refuge à Terrebonne. «Aujourd'hui, on accueille des membres d'un peu partout : Saint-Jérôme, Mont-Laurier, Montréal, Sainte-Marthe-sur-le-Lac, etc.», indiquent quelques membres du conseil d'administration.

Même ici, la décroissance se fait sentir, affirme Jean-Charles Raymond, un membre fondateur de l'aire 3981. «Il fut un temps où les gens attendaient à la porte pour entrer», se souvient-il. À cette même époque, qui est aujourd'hui révolue, il y avait des soupers aux 15 jours ainsi que des déjeuners mensuels.

Priorités différentes

Si le nombre de membres diminue, le nombre de bénévoles va également dans la même direction. Sans se faire moralisateur, Bertrand Tétreault affirme que les priorités de la plus jeune génération ont changé. «Aujourd'hui, les jeunes vont penser à leur carrière et à leur famille avant de penser à s'impliquer dans des organismes. L'implication sociale était plus importante à l'époque», note-t-il. Même la toute première aire fondée à Seattle est en difficulté, en raison du manque d'intérêt des jeunes, ajoute M. Tétreault.

L'Ordre fraternel des Aigles invite l'ensemble de la population à découvrir l'organisme en allant visiter le local de la rue Saint-Louis ou en appelant au 450 471-3917.

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités