0° Terrebonne, mardi 6 décembre 2016
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
Le Trait d'Union

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Fil RSS

L’AQDR s’attaque à la maltraitance
Œuvrant pour la même cause, Thérèse Hoyas, présidente de l’AQDR des Moulins, Nancy Bélanger, intervenante de milieu, et Laura Thibault, résidente et bénévole aux Jardins du Château, refusent de laisser la maltraitance s’installer. (Photo : Pénélope Clermont)

L’AQDR s’attaque à la maltraitance

Pénélope Clermont

Mardi 23 octobre 2012

Visant à réduire l’abus et la vulnérabilité chez les personnes aînées pour ainsi les maintenir dans des conditions sécuritaires et sécurisantes, l’AQDR des Moulins, en collaboration avec les membres du Comité pour contrer les abus envers les aînés de la MRC Les Moulins, a présenté le projet ARRA (Accès aux ressources pour le respect des personnes aînées) le 12 octobre.

Depuis mai, le projet ARRA offre des services coordonnés d’ateliers de prévention/sensibilisation sur l’abus envers les personnes aînées par l’entremise d’une intervenante de milieu, Nancy Bélanger, qui leur permet de mieux connaître les outils et les ressources mis à leur disposition.

Œuvrant activement auprès de cinq résidences pour personnes âgées, Mme Bélanger assure des bienfaits du programme, né grâce au financement obtenu du ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine. «Les personnes aînées sont une richesse pour notre société et il est de notre devoir de ne pas laisser la maltraitance s’installer. Le projet permet d’accompagner et de soutenir [ces] personnes dans leur cheminement.»

Résidente et bénévole du comité d’accueil des Jardins du Château, Laura Thibault abonde dans le même sens : «L’arrivée de Nancy Bélanger comme intervenante devient un support et une ressource importante pour notre milieu. Sa disponibilité est appréciée. La confiance s’installe et le service prend son importance. Nous y croyons et souhaitons grandement le maintien [du projet].»

Besoins criants

Selon certaines statistiques données par l’AQDR (Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées), on évalue qu’entre 6 % et 10 % de personnes âgées de 65 ans et plus subiront une forme d’abus. La population de cet âge se faisant de plus en plus présente dans la région – elle devrait en effet augmenter de 25,4 % d’ici 2016, soit une hausse presque deux fois plus élevée qu’ailleurs au Québec –, l’importance du projet et surtout de sa poursuite est donc claire.

C’est pourquoi les initiateurs d’ARRA travaillent à ce qu’il vive plus d’un an, soit la durée prévue par la subvention reçue. L’AQDR avait d’ailleurs un plan d’action de trois ans pour le projet. L’organisme espère donc atteindre ses objectifs premiers et poursuivre dans cette voie, d’autant plus qu’on commence déjà à sentir des retombées positives importantes dans le milieu à force de parler de la problématique de maltraitance, selon Ghislaine Jetté, coordonnatrice régionale au dossier de la maltraitance envers les personnes aînées à l'Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière.

Présents lors de la conférence de presse, les députés de Masson et de Terrebonne, Diane Gadoury-Hamelin et Mathieu Traversy, ont fait connaître leur soutien pour la cause. «Le vieillissement de la population s’accentue et il faut s’y attarder de plus en plus, a souligné Mme Gadoury-Hamelin. Les aînés ont bâti notre société, et nous leur devons un immense respect.»

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités