27° Terrebonne, jeudi 19 juillet 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Des déchets à la tonne retirés de l’eau et des berges
Il aura fallu 992 heures de travail pour nettoyer les berges et le lit de la rivière Mascouche durant les étés 2016 et 2017. (Photo : COBAMIL)

Des déchets à la tonne retirés de l’eau et des berges

Véronick

Talbot

redaction@larevue.qc.ca

Mardi 19 décembre 2017

Le Conseil des bassins versants des Mille-Îles (COBAMIL) a dressé le bilan final du Grand nettoyage de la rivière Mascouche, qui s’est déroulé au cours des étés 2016 et 2017. Après 992 heures à nettoyer les berges et le lit de la rivière, ce sont 7,74 tonnes de déchets, environ 5,36 tonnes de ferraille et 2,2 tonnes de pneus qui ont été ramassées.

«Ce projet s’avère profitable pour tous les Mascouchois et les utilisateurs de la rivière, qui peuvent maintenant pagayer sans trop s’enfarger dans les pneus et autres débris», témoigne Cynthia Gagnière, chargée de projet et du Plan directeur de l’eau pour le COBAMIL.

Tout a commencé en 2015, lorsque la Ville de Mascouche a donné le mandat à l’organisme de dresser l’inventaire des déchets dans la rivière Mascouche, sur le territoire de la municipalité. «Avant de nous lancer aveuglément dans un grand nettoyage, nous devions savoir quels endroits étaient les plus problématiques, afin de mieux organiser notre action et pour nous aider dans nos demandes de subventions. Nous savions qu’il y avait eu des dépôts sauvages à certains endroits, mais l’inventaire a révélé encore plus de sites de déchets que nous ne le pensions», indique Pascal Dubé, directeur du Service de l’environnement à la Ville.

15,3 tonnes de déchets

En 2016 d’abord, grâce au Fonds communautaire AVIVA, le COBAMIL a pu tenir 13 journées de nettoyage, particulièrement en zone urbaine, où la concentration de déchets était plus élevée. Dans l’ensemble, 2,36 tonnes de ferraille et 5,42 tonnes de déchets, dont 89 pneus, ont été retirées du lit de la rivière et des berges grâce au COBAMIL ainsi qu’au travail effectué lors d’une corvée citoyenne.

«Cette année, afin de poursuivre le travail, nous avons reçu 21 500 $ de la Caisse Desjardins Le Manoir, de la Ville de Mascouche et de la Fondation du Domaine seigneurial. Nos équipes ont été mobilisées 9 jours et ont recueilli environ 3 tonnes de ferraille et 3,69 tonnes de déchets, incluant 157 pneus. Au final, durant ces deux étés, nous avons donc nettoyé 19 km de lit de rivière et 38 km de berges, pour une récolte totale de 15,3 tonnes de déchets, dont 246 pneus. À un endroit en particulier, sur une distance d’à peine 200 mètres, 64 pneus ont été ramassés par nos équipes. C’est dire à quel point le nettoyage de la rivière Mascouche était un enjeu important», poursuit Mme Gagnière. Notons que certains objets ayant un intérêt historique, dont une vieille roue de charrette et des croix funéraires en fer forgé, n’ont pas été inclus dans l’inventaire.

Sensibilisation

Mais qui se cache derrière ces dépôts sauvages? «Nous n’avons pas cherché à le savoir, admet M. Dubé. L’objectif, c’était de régler la problématique et non de trouver son origine. Nous avons mis dans le coup les résidents adossés à la rivière. Nous les avons invités à faire le nettoyage sur leur terrain et leur avons offert un coup de main, pour les sensibiliser à la cause.»

«C’est sûr qu’il y aura toujours des mentalités à changer, ajoute Mme Gagnière, mais je crois que le Grand nettoyage de la rivière Mascouche aura beaucoup contribué à sensibiliser la communauté. Parce qu’après tout, si les gens disposent de leurs déchets dans la rivière, c’est tout le monde qui écope.»

Mission accomplie

Sur le territoire de Mascouche, après deux étés de travaux, le dossier du nettoyage de la rivière est pratiquement clos. «Nous voulons poser d’autres actions visant la qualité de l’eau, mais en ce qui a trait au volet des déchets, l’objectif a été atteint», conclut M. Dubé.

Précisons que les pneus recueillis ont été acheminés à RECYC-QUÉBEC, alors que la ferraille a été vendue par le syndicat des cols bleus, qui remet les sommes récoltées à des organismes. Quant aux autres déchets, une entente avec le Complexe Enviro Progressive a aussi permis de s’en départir de façon responsable.

2018-01-16 au 12-31 Monde à Vie CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités