-8° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

QUE SONT-ILS DEVENUS? Denis Poitras : continuer de servir autrement
Encore en 2017, M. Poitras a toujours la Croix-Rouge tatouée sur le cœur et amasse des fonds pour que l'organisme puisse poursuivre sa mission. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

QUE SONT-ILS DEVENUS? Denis Poitras : continuer de servir autrement

Jean-Marc Gilbert

Mardi 24 octobre 2017

La Croix-Rouge, le Gala du Griffon d'Or, le mouvement Optimiste, le Club d'aviron Terrebonne : Denis Poitras ne compte pas les heures qu'il donne dans sa communauté. Après avoir siégé 12 ans en tant que conseiller municipal, celui qui se considère comme un bon vendeur et qui possède un large réseau de contacts se voit aujourd’hui confier bien souvent le mandat de récolter des fonds pour ces organismes.

Alors qu’il œuvrait dans la fonction publique fédérale comme agent d'exécution de projets en architecture, M. Poitras a commencé à s’impliquer à la Croix-Rouge, il y a près de 30 ans, à l'époque où l'organisme était toujours responsable de l'approvisionnement de sang au Canada.

Aujourd'hui président du conseil de financement pour la Croix-Rouge, section Les Moulins, M. Poitras est derrière l'organisation de BBQ estivaux, de ventes-débarras et d’autres activités pour récolter l'argent qui permet aux équipes d'intervention de la Croix-Rouge de supporter les victimes de sinistres tels qu'un incendie ou une inondation. La 24e édition du traditionnel déjeuner aux crêpes se tiendra d'ailleurs au McDonald's du boulevard Moody, à Terrebonne, le 29 octobre de 7 h à 11 h.

«J'ai toujours été un grand vendeur. On vient me chercher pour le financement, car c'est assez difficile de me dire non et aussi parce que je connais beaucoup de gens. Je crois également beaucoup en chacune des causes pour lesquelles je m'implique. Le travail que ces gens font est énorme», affirme M. Poitras, aussi responsable de la campagne de financement annuelle du Club d'aviron Terrebonne.

Impliqué pendant de longues années au Club Optimiste de Terrebonne, Denis Poitras a déjà été gouverneur du District Ouest du Québec d'Optimist International, en 2006-2007. Il a aussi servi comme représentant régional de la Fondation Optimiste des enfants canadiens (FOEC), en plus de siéger au conseil d'administration du Gala du Griffon d'Or depuis 19 ans.

Deuil de la politique

Grâce à toutes ces occupations, Denis Poitras n'a pas le temps de s'ennuyer de la politique municipale, un monde qu'il a quitté à contrecœur en 2013, à la suite de sa défaite aux mains de l'indépendant Serge Gagnon, dans le quartier 5, après trois mandats de quatre ans.

La défaite a été difficile à digérer pour ce grand passionné de politique fédérale, provinciale et municipale, qui suivait de près ce qui se passait à Terrebonne depuis son arrivée en 1976. «Ça m'a blessé. Le soir même, je me suis dit qu'on n'avait plus besoin de moi dans le quartier, se souvient celui qui a délaissé le Comité des loisirs Georges VI dans la même foulée. Pour les gens, les choses ne vont jamais assez vite à leur goût. Le travail [de politicien] est ingrat.»

Néanmoins, il est encore aujourd'hui présent à la majorité des assemblées du conseil municipal, comme citoyen intéressé.

D'un point de vue personnel, l'homme qui ne souhaite pas révéler son âge est  maintenant grand-père d'une petite fille avec laquelle il aime passer du temps. «Tout ça m'a finalement permis de faire mon deuil de la politique active», résume-t-il.

Appel à la solidarité

Toujours animé par la même passion et encore très énergique, M. Poitras dit être en train de songer lentement à passer le flambeau pour certaines de ses activités ou au moins à chercher «un excellent bras droit».

Il constate toutefois qu'il est difficile de trouver des gens pour prendre la relève dans un monde où tout le monde court après le temps.

«Les gens n'ont plus le temps de faire du bénévolat. Ils travaillent la semaine et le week-end, ce sont les activités avec les enfants, comme les tournois de soccer et autres. Il ne leur reste plus de temps», relate M. Poitras.

En attendant de trouver un éventuel successeur, Denis Poitras continuera de faire ce qu'il a toujours fait : donner du temps pour tenter, à sa façon, d'améliorer le sort des citoyens de sa communauté.

1 an Brisson 2018

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités