-7° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un défi sportif, humanitaire et personnel
Nathalie Breton de Terrebonne revient du raid Cap Fémina Aventure, qui s’est déroulé à la mi-octobre au Maroc. (Photo : Gilles Fontaine)

Un défi sportif, humanitaire et personnel

Gilles Fontaine

Mardi 7 novembre 2017

RAID CAP FÉMINA AVENTURE

Nathalie Breton de Terrebonne aime les défis personnels. Elle vient tout juste d’en réaliser un lors du raid Cap Fémina Aventure, qui s’est déroulé à la mi-octobre au Maroc. Faisant équipe avec une amie française, Nathalie a terminé au 2e rang du classement final.

Petite sœur du Rallye Aïcha des Gazelles, Cap FÉmina Aventure, c’est six jours de compétition à travers les routes et les dunes du Maroc.

«C’est un rallye moins intense que les Gazelles. Nous sommes guidées par un road book et une boussole. Nous devons donc suivre une route, alors qu’aux Gazelles, on ne nous donne qu’une destination», précise Nathalie Breton.

Un défi personnel

Bien qu’elle soit fière d’avoir terminé deuxième, la Terrebonnienne recherche davantage le défi personnel. «La performance, ce n’est jamais mon but, même si ça fait plaisir. Le défi demeure l’épreuve en soi. Pendant le parcours, il y a toujours quelques affaires à corriger ou à réparer. On doit constamment s’adapter à la situation. Il faut demeurer vigilante avec son environnement et, surtout, bien travailler en équipe.»

Le raid Cap Fémina Aventure, c’est aussi de belles rencontres avec la population locale.

«Ce n’est pas que sportif, il y a aussi tout un volet solidaire dans lequel nous avions deux actions à effectuer. Ça nous a permis de visiter des organismes venant en soutien aux femmes, et lors d’une action humanitaire, nous avons participé aux travaux de peinture d’une école», a-t-elle indiqué.

Ce n’est pas son premier rallye. Nathalie Breton a participé à deux occasions au Rallye Aïcha des Gazelles, en 2015 et en 2016. Elle a également participé à la première édition du Trek Elles Marchent en avril 2017. Sa passion : le désert.

«J’aime tellement me retrouver dans le désert. J’ai toujours une grande impression de liberté dans l’immensité des paysages. C’est tellement loin de chez nous. Ta routine n’existe pas, tu es dans le moment présent à 100 %», affirme-t-elle.

Est-ce qu’elle s’est créé un besoin? Possiblement. Mais chose certaine, elle retournera dans cet immense espace qui lui sert de havre de paix.  

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités