8° Terrebonne, jeudi 26 avril 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ARTS ET CULTURE : Des âmes en portrait
Denise Leduc lors de l’exposition qu’elle a offerte à Mascouche, le 21 octobre. (Photo : Pénélope Clermont)

ARTS ET CULTURE : Des âmes en portrait

Pénélope Clermont

Mardi 21 novembre 2017

Peintre autodidacte depuis l’âge de 32 ans, Denise Leduc avait en quelque sorte délaissé son art. Aujourd’hui à la retraite, elle replonge dans sa passion. Pour marquer le coup, l’artiste de Terrebonne a tenu une exposition temporaire à l’école Aux 4 Vents de Mascouche, le 21 octobre.

Intitulée «Les Créatures», l’exposition offrait un bel éventail du talent de Mme Leduc, qui se dit peintre portraitiste et animalière. Quinze œuvres mettant toutes en vedette des animaux de la jungle reposaient dans la pièce réservée pour l’occasion. Plusieurs personnes s’y trouvaient d’ailleurs pour admirer le travail de la dame.

C’est tout bonnement que Mme Leduc s’est mise à la peinture, s’attaquant autant à des portraits qu’à des sujets animaliers. «Ce sont deux cordes qui vont bien ensemble. Il y a beaucoup de détails et c’est ce que j’aime. J’aime donner vie», témoigne-t-elle.

Dans les deux cas, elle affirme avoir un don inné. Il faut en effet voir les regards de ses bêtes, particulièrement de ses singes, pour lui donner raison. «Je pense avoir un don pour les regards et les expressions. Je n’ai pas d’animaux fétiches, je suis ouverte à tous, confirme-t-elle. En ce moment, j’expérimente plus les animaux de la jungle.»

Des œuvres teintées de tendresse

Mme Leduc se souvient encore du premier tableau qu’elle a réalisé, un portrait. «Il était aussi bien réussi que ceux que je fais aujourd’hui», dévoile celle qui n’a jamais suivi de cours. «Ça me plaît d’être "particulière". C’est pour ça que je ne suis pas de cours de peinture. J’ai envie de rester moi-même», ajoute-t-elle.

À cet effet, ce qui distingue l’artiste est la tendresse qui se dégage de ses œuvres. «Je reçois beaucoup de commentaires disant qu’il y a de la douceur et de la sérénité dans mes toiles. Même si ce sont des animaux sauvages, je veux que les gens reçoivent un message positif à l’âme», commente-t-elle.

Un défi chaque fois

S’adonnant à sa passion avec plus de sérieux depuis les derniers mois, l’artiste peintre aimerait davantage exposer son talent au sein de la communauté, possiblement par l’entremise d’expositions de groupe pour commencer.

D’ici là, elle poursuit sa production. Les 15 tableaux qu’elle présentait le 21 octobre ont été réalisés au cours des six derniers mois. «Il me faut environ deux semaines pour chaque œuvre. Chaque toile est un défi et je ne peux jamais dire d’avance quel [aspect] sera plus difficile à rendre. Pour certains, le poil et les plumes sont plus compliqués, mais pour moi, c’est ce qui est le plus facile normalement. Mon défi est de rendre le personnage plausible et réaliste en lui donnant une âme», conclut-elle.

31 dec 2017-2018 Lise Viau cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités