16° Terrebonne, mardi 24 octobre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

La chasse aux curiosités est ouverte !
Derrière la machine électrostatique de Jesse Ramsden, l’équipe muséale de la SODECT : Christine Huard, Élyse Leduc, Andréanne Bélanger et Valérie Dezelak. Absent de la photo : François Vallée. (Photo : Pénélope Clermont)

La chasse aux curiosités est ouverte !

Pénélope Clermont

journaliste@larevue.qc.ca

Mardi 10 octobre 2017

Bien avant les musées, existaient les cabinets de curiosités, soit des pièces dans lesquelles étaient dévoilées des collections personnelles d’objets rares, singuliers ou étranges. C’est dans cet esprit qu’à l’occasion de l’Halloween, la SODECT vous invite à découvrir Le Cabinet de Monsieur Ramsden, qui prendra place à la Maison Bélisle jusqu’au 12 novembre.

Mis sur pied par l’équipe muséale de la SODECT, Le Cabinet de Monsieur Ramsden a été élaboré autour de la machine électrostatique de Jesse Ramsden qui a appartenu à la famille Masson, et que l’organisme possédait dans sa collection. «L’objet est le point de départ de notre folie», a dévoilé Christine Huard, directrice culture, éducation et patrimoine de l’Île-des-Moulins.

Selon cette dernière, l’exposition aura permis à l’équipe qui a fait preuve d’une belle créativité de sortir de sa zone de confort. «Andréanne Bélanger, notre costumière et scénographe, a créé un décor unique et étrange qui nous plonge au cœur de l’univers de M. Ramsden, ou du moins tel qu’on imagine son univers. Tout a été construit pour que les regards se promènent de découverte en découverte et qu’ils se transportent dans la tête d’un scientifique du 18e siècle», décrit-elle.

Un lieu aux mille trouvailles

Petits et grands s’amuseront ainsi à découvrir les objets intrigants que contient le lieu mystérieux de M. Ramsden à travers un jeu de «cherche et trouve». Tout un chacun est en effet invité à participer à la quête de cet opticien anglais du 18e siècle qui a inventé ou perfectionné plusieurs instruments de précision, alors qu’il cherche désespérément une bestiole bien spéciale cachée dans la pièce.

Squelettes d’hominidés, modèles de céroplastie, objets antiques, animaux exotiques, minéraux, instruments scientifiques, outils de médecine dentaire, herbiers et plus encore composent le lieu transformé de belle façon pour l’occasion.

Parmi les objets les plus vieux qu’on peut observer dans le cabinet, on note un livre écrit à la main et datant de 1776, dont les recettes servaient à soulager les maux de dents. «Ce qu’on a appris, c’est que les recettes finissaient surtout par tuer les gens. Ce n’était pas voulu, mais c’est ce qui arrivait avec tous les médicaments qui étaient utilisés. C’était une période d’apprentissage», soulève Élyse Leduc, technicienne en muséologie de la SODECT et chargée de projet pour cette exposition temporaire qui lance la nouvelle saison de la Maison Bélisle.

L’ancêtre des musées

Si on en sait plus sur la médecine aujourd’hui, l’exposition saura certainement donner envie aux visiteurs d’en apprendre plus sur les objets des différents domaines qu’ils découvriront, tout comme à l’époque des cabinets de curiosités.

«Les cabinets de curiosités rassemblaient des objets hétéroclites qui servaient à transmettre un savoir, renseigner et intéresser les gens. Ils ont évolué à travers les époques, mais ils sont les ancêtres des musées», conclut Mme Leduc.

Le Cabinet de Monsieur Ramsden est accessible du jeudi au dimanche de 13 h à 17 h, sur contribution volontaire. Information : 450 492-5514 ou www.lamaisonbelisle.com.

1 an Brisson 2018

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités