19° Terrebonne, lundi 26 juin 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Combiner cirque, théâtre et ingénierie
Sous la direction du metteur en scène Vincent Dubé, ingénieur de formation, Machine de cirque propose plus qu’un spectacle de cirque traditionnel (Photo: Norbi Whitney)

Combiner cirque, théâtre et ingénierie

Jean-Marc Gilbert

Mardi 14 février 2017

Cinq survivants de l’apocalypse survenue 15 ans plus tôt se retrouvent devant un imposant décor composé de cordes, poulies et autres mécanismes et doivent apprendre à vivre ensemble dans un monde sans femme. C’est ce que propose Machine de cirque, une troupe originaire de Québec, qui se produira au Théâtre du Vieux-Terrebonne, le 3 mars.

Avec cette description, on pourrait penser qu’il s’agit du point de départ d’une pièce de théâtre, mais Yohann Trépanier, Raphaël Dubé, Ugo Dario et Maxim Laurin sont quatre artistes diplômés de l’École nationale du cirque de Québec. Les deux premiers formaient un duo dont les numéros de jonglerie et autres acrobaties ont remporté un succès monstre sur Internet.

MM. Dario et Laurin sont quant à eux des spécialistes de la planche coréenne dont les numéros leur ont permis de remporter deux médailles d’or lors de deux festivals de cirque en France et en Suisse. Le musicien Fred Lebrasseur, un percussionniste autodidacte, s’ajoute au groupe pour former un quintette qui, depuis 2015, se produit un peu partout au Québec, mais également aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse et beaucoup en France.

Mélange des genres

Sous la direction du metteur en scène Vincent Dubé, ingénieur de formation, Machine de cirque propose plus qu’un spectacle de cirque traditionnel.

«Il y a une grande théâtralité. C’est un spectacle bon pour toute la famille, mais à la base, c’est écrit pour les adultes. Nous abordons plusieurs sujets, dont certains plus délicats, comme le deuil. On aborde aussi le fait qu’il n’y a pas de femme. On voit une complicité se développer entre les personnages au cours du spectacle et on assiste même à des scènes touchantes», décrit M. Dubé.

On retrouve aussi des numéros de jonglerie, des acrobaties ainsi qu’une touche d’humour, le tout dans le décor composé de petites machines et mécanismes mobiles.

Initier le public québécois

Si Vincent Dubé croit que le Québec est généralement un bon public, il est d’avis qu’il y a encore une culture de cirque contemporain à développer.

«Quand on parle de cirque au Québec, on pense immédiatement au spectacle familial typique, mais on peut aussi faire autre chose. Dans certains pays, comme en France, il n’y pas d’idée préconçue ancrée dans la tête des gens. Ils sont très ouverts à découvrir», explique-t-il.

C’est cette envie de faire découvrir un nouveau type de cirque au public québécois qui motive le metteur en scène et les cinq artistes à parcourir la Belle Province. Bien entendu, Machine de cirque a également envie d’exporter son matériel aux quatre coins de la planète pour devenir l’un des ambassadeurs du cirque québécois dans le monde.

Calendrier rempli

Et ce n’est pas la demande qui manque, se réjouit Vincent Dubé.

«Notre calendrier est plein jusqu’en 2019. Nous devons refuser certaines propositions, car la demande est très forte. Nous sommes en train de penser à approcher des artistes de cirque pour former une deuxième équipe», déclare-t-il, en ajoutant que Machine de cirque donnera également des spectacles au Japon, en Chine et dans d’autres pays asiatiques.

À quoi peuvent s’attendre ceux qui se sont procuré des billets ou prévoient le faire pour le spectacle du 3 mars à Terrebonne?

«Ils seront servis! Ils vont aussi rire, car chaque personnage a un petit côté comique. Il y a aussi l’aspect théâtralité. Tout le monde y trouvera son compte», conclut le metteur en scène Vincent Dubé.

15 juillet 2017 Aviron Terrebonne cell+

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités