-7° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

C DIFFICILE : Le Gardeur, un exemple à suivre

Mercredi 24 novembre 2004

Contrairement à plusieurs hôpitaux à travers le Québec, le nombre de patients infectés par le Clostridium difficile (plus communément appelé le C. difficile) tend à diminuer constamment au Centre hospitalier Pierre-Le Gardeur.

Karine Cousineau

Grâce à une petite capsule vendue sans ordonnance au rayon des produits naturels, le taux d’infection à Le Gardeur serait en chute libre. Même si les spécialistes et le ministère de la Santé attendent de plus amples résultats pour se laisser convaincre, l’équipe médicale du Centre hospitalier Pierre-Le Gardeur (CHPLG), elle, a décidé d’agir en traitant aux probiotiques tous les patients sous antibiotiques.

Prévention des infections

Avec la politique de prévention des infections instaurée en janvier dernier, en moins d’un mois les résultats étaient probants. «On a vu les résultats dès le mois de février. Le nombre de cas sévères a chuté à zéro. Les cas totaux ont diminué à 50 % à ce moment-là, pour atteindre aujourd’hui deux cas pour 1 000 admissions, soit 90 % de moins que durant l’éclosion», expliquait le Dr Pierre Jean Maziade à «La Presse» le vendredi 22 octobre.

Du mois d’août 2003 à janvier 2004, il y a eu 10 décès reliés à C. difficile, et le dernier remonte à janvier dernier.

Autres mesures

Il faut également spécifier que le centre hospitalier est très proactif en ce qui concerne la prévention des infections. Le CHPLG fait la promotion et la surveillance du lavage de mains tant des patients que du personnel soignant et des visiteurs. «En plus de respecter les règles d’isolement, on a instauré une politique d’entretien ménager. Lorsqu’un patient infecté par quelque bactérie que ce soit a son congé, la chambre est donc entièrement désinfectée», explique Frédérique Laurier, responsable des communications du CHPLG. Certes, le déménagement de l’hôpital dans ses nouveaux locaux a été bénéfique. Le coût de l’opération : 10 000 $ par année pour 300 lits. Peu coûteuse et efficace, l’opération devrait être élargie à tous les hôpitaux de la province croit Dr Maziade.

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités