0° Terrebonne, dimanche 26 mars 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
Le Trait d'Union

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Fil RSS

QUE SONT-ILS DEVENUS: Un mélange de rock et de berceuses
En plus de continuer à chanter et de se consacrer à son projet de démarrage d'entreprise, Marie-Ève Fournier porte aussi le chapeau de maman depuis presqu’un an et demi. (Photo : Linda Boucher)

QUE SONT-ILS DEVENUS: Un mélange de rock et de berceuses

Jean-Marc Gilbert

Mardi 7 mars 2017

Même si seulement trois ans ont passé depuis l'expérience de Marie-Ève Fournier à «La Voix», ce fut suffisant pour changer sa vie du tout au tout. Si la femme de 28 ans peut maintenant gagner sa vie grâce à la musique, elle a toutefois troqué le rock pour les berceuses depuis la naissance de son fils Kalel, à l'automne 2015.

La protégée d'Éric Lapointe, qui avait ensuite joint l’équipe d'Isabelle Boulay après un vol, retient surtout l'effet positif de «La Voix» sur sa carrière.

«Quand tu passes de 40 à 5000 amis sur ta page Facebook personnelle, c'est un gros changement! J'ai surfé sur une belle vague qui m'a permis de faire plus de spectacles et de me bâtir une certaine notoriété», affirme celle qui agit comme son propre agent et qui s'occupe de réserver ses salles depuis la fin de l'aventure.

«Survivre» de sa passion

Lorsqu'on lui demande si elle peut vivre de la musique, elle dit plutôt «survivre» grâce à elle. «Ça me permet de payer mes factures. Mais ce n'est pas vrai que tu deviens riche parce que tu as fait cinq apparitions à la télévision», nuance-t-elle, consciente que l'industrie de la musique est loin de vivre ses meilleurs moments.

Elle le savait pleinement lors de sa participation à la populaire émission, puisqu'elle partageait déjà sa vie avec le chanteur Dany Bédar.

Baignant dans cet univers, il a pu l'épauler, mais aussi l'avertir de ne pas se faire d'illusions, «La Voix» ne représentant pas vraiment la réalité du monde du «show-business», raconte-t-elle.

La maternité

Environ un an plus tard, Marie-Ève Fournier a appris qu'elle attendait l'arrivée de la cigogne. Kalel était toutefois pressé de voir le jour, puisqu'il s'est pointé le bout du nez plusieurs semaines avant la date prévue, ce qui a forcé la nouvelle maman à annuler quelques spectacles. Du jour au lendemain, sa vie a changé.

«Je ne pensais jamais pouvoir aimer à ce point-là. J'ai mis ma carrière de côté pendant presqu'un an. Je n'ai absolument rien fait en lien avec la musique, mais ça ne me dérangeait pas du tout, car la vie m'avait fait le plus beau cadeau au monde», confie-t-elle.

L'artiste qui a grandi à Mascouche, mais qui habite Terrebonne depuis 2014, est progressivement de retour sur scène. «C'est comme recommencer à faire du vélo en espérant pouvoir rouler aussi vite qu'avant», illustre la chanteuse.

Même si elle doit parfois faire quelques heures de route en raison des spectacles, plus question de dormir à l'hôtel comme avant. «Je veux revenir le soir même parce je m'ennuie de mon fils», témoigne la mère.

Démarrage d'entreprise

Il y a quelques semaines, Marie-Ève Fournier est retournée sur les bancs d'école pour suivre un cours de huit semaines en démarrage d'entreprise.

«C'est embryonnaire comme projet. Je ne peux pas en dire plus pour le moment, mais c'est un projet familial, en lien avec la musique, qui devrait créer un gros engouement dans la région», affirme-t-elle en faisant durer le suspense. Si son entreprise fonctionne, elle pourrait aussi créer de l'emploi pour des artisans du monde de la musique.

C'est une idée qui mijote dans sa tête depuis quelques années, mais qui s'est précisée depuis peu. Elle promet d'en dire plus lorsque le projet se concrétisera. D'ici là, la chanteuse, qui célébrera son 29e anniversaire de naissance en avril, continuera de prendre soin des siens et d'offrir quelques prestations, en parallèle.

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités