-1° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Robert Marien sera de nouveau Frollo

Mardi 22 février 2005

Le comédien et chanteur de Terrebonne Robert Marien fera partie de la nouvelle distribution du spectacle musical «Notre-Dame de Paris», qui sera présenté au nouveau Théâtre Broadway du Centre Bell l’été prochain.

Philippe Pilette

Robert Marien incarnera encore une fois le personnage de Frollo dans la nouvelle production du drame musical «Notre-Dame de Paris» qui sera présenté cet été. Le comédien avait endossé une première fois ce rôle pour la deuxième distribution du célèbre spectacle de Luc Plamondon et Richard Cocciante en 1999.

Bien connu pour sa participation à de nombreux spectacles musicaux comme comédien ou metteur en scène, Robert Marien est très heureux de travailler avec une nouvelle équipe. «J’ai eu l’occasion de travailler avec Jean-François Breau (Gringoire) et Gino Quilico (Quasimodo), et aussi avec Brigitte Marchand (Fleur-de-Lys) dans "Broadway Montréal". C’est toujours très stimulant de travailler avec une nouvelle équipe. Ça te régénère et te nourrit», confie le chanteur. «J’ai également bien hâte de travailler avec Mélanie Renaud (Esmeralda), une artiste très talentueuse qui possède un grand charisme», ajoute-t-il. La distribution comprend également Richard Charest (Phoebus) et Robby Julienne (Clopin).

Un personnage fascinant

Robert Marien se réjouit de retrouver le personnage de l’archidiacre de «Notre-Dame de Paris» : «Cela fait déjà cinq ans que j’ai joué ce rôle, mais j’ai continué à interpréter les chansons dans mes spectacles.

Lorsqu’on se remet dans ce travail, on réalise que la mémoire du corps revient assez rapidement. Avec le recul, j’espère pourvoir apporter au personnage quelque chose de plus que la première fois.»

Parlant du personnage de Frollo, le comédien avoue avoir trouvé assez troublant de se mettre dans la peau du personnage, qui était à l’opposé de celui qu’il avait interprété dans «Les Misérables». «C’est un personnage intéressant et bouleversant, qui lutte entre le péché et le désir. Il a un côté méchant, mais son drame est d’être déchiré par la passion. Cela m’a rappelé des choses que j’ai connues, des conflits qui ont marqué la société québécoise à une époque où la religion était omniprésente dans la vie, explique-t-il. Je suis allé chercher dans ce vécu pour m’inspirer, ce qui me permet d’actualiser le rôle. Ce n’est pas nécessairement quelque chose que le public peut voir, mais cela nourrit mon personnage.»

Autres projets

Outre sa participation à «Notre-Dame de Paris», Robert Marien poursuit plusieurs autres projets. Cette année, il a été occupé avec la version symphonique de «Starmania», spectacle présenté avec des chanteurs lyriques et pour lequel il agissait comme conseiller artistique. Le spectacle a été présenté à Montréal et à Paris. «"Starmania" a été très bien accueilli à Paris. Même s’il n’y avait pas de grands noms dans la distribution, le public a été étonné et a très bien réagi», dit le chanteur.

Robert Marien a aussi participé à la réalisation d’un conte musical de l'auteure-compositrice Isabelle Morasse intitulé «La petite fille aux allumettes», d’après le conte d’Andersen. Il a assumé la direction artistique et musicale du spectacle, qui a été présenté à Rouyn-Noranda en novembre 2004. Un livre-disque a aussi été lancé. «C’est un spectacle de grande qualité, d’une durée de 45 minutes, qui a un bon potentiel au niveau international, surtout dans le cadre du 200e d’Andersen», affirme Robert Marien. L’anniversaire de la naissance de l'écrivain danois Hans Christian Andersen donnera lieu à de nombreuses manifestations en 2005, et un projet de présentation du conte au Danemark est dans l’air.

En attendant, le comédien prépare ses prochains concerts et se remet à l’étude de son rôle dans «Notre-Dame de Paris», pour lequel les répétitions débuteront en juin.  

Le spectacle sera présenté du 6 au 17 juillet sur la scène du tout nouveau Théâtre Broadway du Centre Bell. La nouvelle salle de 5 000 places, qui s'étendra sur 120 pieds pour une profondeur de 50 pieds, sera en mesure d'accueillir les grands décors. Le nouveau spectacle sera mis en scène par Gilles Maheu avec la participation du chorégraphe Martino Müller. «Comme la scène est très vaste, il y aura plus de danseurs. Des écrans géants placés de chaque côté de la scène permettront de voir les comédiens en gros plans.» La troupe offrira aux spectateurs la version originale du spectacle, telle que présentée à ses débuts au Palais des congrès de Paris. Plus de quatre millions de francophones ont déjà applaudi le spectacle en France, au Québec, en Suisse et en Belgique. Des versions anglaise, russe, espagnole et italienne ont aussi été présentées à Londres, à Las Vegas, à Moscou et à Barcelone, de même qu'en Italie.

1 an Brisson 2018

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités