21° Terrebonne, jeudi 27 avril 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
YouTube

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Son univers publié en roman
Mikaël Lanouette, 22 ans, a réussi à dénicher un éditeur pour publier son premier roman. Incursion dans l’univers fantastique d’un jeune auteur terrebonnien.

Son univers publié en roman

Karine Limoges

Mardi 20 mars 2012

Le Terrebonnien Mikaël Lanouette a déniché un éditeur pour publier son premier roman fantastique, quatre ans après l'avoir terminé à l'âge de 17 ans. À travers l'écriture, il a su surmonter un trouble envahissant du développement, puisqu'atteint d'autisme de haut niveau, en plus de troubles du langage, lui qui jongle avec la dyslexie, la dysphasie et la dysorthographie.

 «Trois choses m'ont inspiré, raconte le jeune homme de 22 ans. Les jeux vidéo, comme "World of Warcraft" et "Axis & Allies", des jeux de stratégie et de Deuxième Guerre mondiale; le fait qu'au secondaire, aucun livre n'était axé sur les garçons dans le monde médiéval ou fantastique; et le fait qu'un ami avait commencé à écrire un livre. J'étais compétitif, je ne supportais pas l'idée qu'il puisse écrire et pas moi.» Fan «fini» de «StarWars» et «StarCraft», des histoires où l'on «rentre dans l'action», il décide de se lancer lui-même dans l'aventure.

Son roman s'intitule «Draicar, une trahison plus que redoutable», un livre de 368 pages publié aux éditions Bénévent, une maison d'édition française au rayonnement national. «Un ami m'a référé à quelqu'un là-bas, explique-t-il. Un coup de chance.» Est-il déçu d'avoir été boudé par le Québec? «J'ai un peu d'amertume, avoue-t-il, car je suis fier d'être Québécois. Mais au moins, j'ai été publié en milieu francophone.»

Ce qui lui a donné le goût de la lecture : les bandes dessinées et mangas japonais, surtout les «Dragon Ball Z». Ses faiblesses en écriture n'ont pas eu raison de son imagination débordante. «Je rêvasse énormément, je peux passer des nuits blanches, ce qui me donne une meilleure vision 3D des choses, explique-t-il. Je n'ai pas une énorme plume, mais je rêvasse énorme.»

Le roman s'adresse ainsi aux adolescents et aux jeunes adultes et met en scène une guerre, bataille désespérée à travers laquelle la race humaine serait sur le point d'être éradiquée.

L'univers dans lequel évoluent les personnages ressemble à la Terre, mais la magie y prend beaucoup de place. Mais quand on sait que chez les personnes atteintes d'autisme, les émotions s'avèrent difficiles à détecter, comment réussir à les transmettre? «Les émotions, c'est difficile, avoue le Terrebonnien. Il s'agit peut-être du côté le moins bien réussi de mon roman, la communication entre héros, l'amour.» Le thème central qu'il exploite demeure le combat. «Quand c'est ton livre, les émotions à l'écrit sont plus faciles, c'est ton monde, ton univers», résume-t-il.

La suite en gestation

Le roman de Mikaël Lanouette a été rédigé avec l'idée d'en produire une série. «Si le livre se vend, que les gens l'aiment, et si je fais mes frais (Mikaël a dû payer les frais de correction, à la demande de la maison d'édition), je tente la suite», confirme le jeune homme. Le premier chapitre serait déjà écrit. «Je voulais finir un rêve», lance-t-il simplement. Et si le rôle de romancier ne suit pas, il entend poursuivre une carrière dans la programmation de jeux vidéo, lui qui étudie actuellement en programmation au Collège Montmorency. Autrement, il a plein d'idées pour l'écriture d'autres romans.

«Draicar, une trahison plus que redoutable» est disponible depuis le 1er février. Pour vous en procurer un exemplaire, il suffit de passer une commande en ligne, sur quatre sites français qui en font la distribution : Amazon, Chapitre, Decitre ou Alapage. Recherchez son auteur : Mikaël Lanouette. Visitez également le site Internet de l'auteur : www.mikaellanouette.com. Pour offrir vos commentaires, communiquez avec lui à mikael.lanouette@gmail.com.

30 mai Gaspelise poulet frit

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités