16° Terrebonne, mercredi 26 septembre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

SUR LES PLANCHES : Artiste et entrepreneure assumée
«Ici et Ailleurs» se rapproche plus de qui elle est, croit Andréanne A. Malette. (Photo : Catherine Deslauriers)

SUR LES PLANCHES : Artiste et entrepreneure assumée

Pénélope Clermont

Mardi 13 mars 2018

On dit d’un 2e album qu’il est le plus difficile, les attentes étant plus grandes, la démarche artistique, plus épiée. Si elle appréhendait la chose au départ, Andréanne A. Malette a plutôt trouvé sérénité et satisfaction lorsqu’est venu le temps de créer «Ici et Ailleurs», paru en novembre dernier.

«Je me sentais en pleine possession de mes moyens. Peu importe ce qui était pour arriver, je savais que j’allais être contente. Il faut dire que le succès de "Fou" a calmé mes craintes», confie l’auteure-compositrice-interprète qui sera sur la scène du Moulinet, le 24 mars.

Affichant complet, la représentation survolera les titres d’«Ici et Ailleurs», plus près de l’artiste et de la femme qu’elle est aujourd’hui, dit-elle, en comparaison à «Bohèmes», son premier disque. «Je me suis payé la traite avec du violon et des percussions durant l’enregistrement. Il y a beaucoup de sons de pied, de cuisse, de plancher, de chaîne... J’ai pris le temps de faire ce que j’avais le goût de faire et ça se ressent», confirme celle qui offrira aussi quelques reprises format «feu de camp» en cours de spectacle.

La fille qui voulait tout savoir

Andréanne A. Malette mène sa carrière à sa façon depuis quelques années déjà.

En mettant fin à son association avec les Productions J, elle est littéralement plongée tête première dans son métier. «J’étais la personne fatigante dans une boîte de production qui voulait tout savoir!» lance-t-elle en riant. À coup de formations et de lectures, elle est devenue une entrepreneure-chanteuse bien au fait de l’industrie à travers laquelle elle navigue.

«J’entends les gens chialer sur l’industrie qui va mal, mais c’est complètement faux. Il n’y a jamais eu autant de musique! Il faut simplement être créatif et savoir comment sortir du lot et créer des contacts avec les "fans". Le lien le plus important est celui qui existe entre l’artiste et son public», nuance-t-elle.

Pas étonnant que ce qu’elle préfère d’un spectacle, ce soit de rencontrer les spectateurs lorsqu’elle sort de scène. «C’est ce qui me fait "triper", c’est la possibilité de confirmer que ce qu’on fait plaît», conclut l’artiste qui ne se gêne pas pour interpeler ses «fans» sur Facebook au moment d’écrire des chansons.

31 dec 2017-2018 Lise Viau cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités