5° Terrebonne, samedi 25 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Un duo d’enfer qui donne vie au jazz

Mardi 1 février 2005

VIC VOGEL ET JOHANNE BLOUIN

Les Productions Tradition ont réussi un autre coup de maître en organisant, dans le cadre de Musique en fête le samedi 29 janvier, une soirée mettant en vedette l’inépuisable jazzman Vic Vogel et la talentueuse chanteuse Johanne Blouin.

Monique Villeneuve

Les quelque 500 personnes s’étant procuré un billet pour assister à cette soirée organisée au profit Fondation du Collège Saint-Sacrement avaient rendez-vous au très bel auditorium de cette institution d’enseignement du Vieux-Terrebonne.

Dernier samedi du mois tout en jazz, donc, avec, en première partie, le Jazz Big Band, composé de 13 musiciens aux cuivres, de 2 aux percussions et d’un violoncelliste sous la direction de ce vieux routier des scènes de jazz tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, Vic Vogel.

Pour l’amour du jazz

Sympathique, passionné et un brin cabotin, Vic Vogel revêt le traditionnel et élégant veston blanc, interprète les pièces du spectacle au piano et se lève également fréquemment pour solliciter de l’un ou l’autre des musiciens de son excellent «band» un solo gémissant, roucoulant et rythmé. D’ailleurs, ses musiciens ne savent jamais à quel moment leur directeur musical les sollicitera pour interpréter ledit solo. «Ça les tient sur le bout des orteils», expliquera, l’œil pétillant et le sourire moqueur, Vic Vogel lors d’une des nombreuses fois où il s’adresse au public.

La dizaine de pièces interprétées durant cette première partie se succèdent au rythme d’un claquement vivifiant des doigts et dans un tourbillon de saxophones, de trombones, de trompettes, de percussions bien senties et de notes de piano qui semblent voltiger d’un bout à l’autre de la salle de spectacle. Ça donne une atmosphère de festival de jazz!

Le velours de la voix de Johanne Blouin

En deuxième partie, la magnifique Johanne Blouin arrive sur scène après une courte présentation de son vieil ami Vic Vogel et interprète avec joie et la puissance vocale que nous lui connaissons une quinzaine de pièces immortalisées, notamment, par Frank Sinatra. Le «Georgia» du regretté Ray Charles prend une couleur différente, chaude et pourtant joyeuse avec la voix de la chanteuse.

Pour sa première visite sur cette scène, Johanne Blouin a tenu à souligner la grande qualité de la salle et le plaisir immense qu’elle ressentait à présenter son récital de chansons provenant des classiques du jazz américain.

Le spectacle s’est terminé par une interprétation, accompagnée seule au piano par Vic Vogel, de la très belle chanson de Charlie Chaplin, «Smile». Un petit moment de pure magie pour cette soirée inoubliable!

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités