27° Terrebonne, jeudi 19 juillet 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Le Vieux-Terrebonne s’embrase à nouveau
C’est une version complètement revue de l’événement qu’ont offerte la Société d’histoire de la région de Terrebonne (SHRT) et l’organisme Art Partage pour les six représentations de cette 3e édition. (Photo: Jean-Marc Gilbert)

Le Vieux-Terrebonne s’embrase à nouveau

Jean-Marc Gilbert

Mercredi 29 novembre 2017

Le 1er décembre 1922, un incendie ayant pris naissance dans la manufacture Limoges, dans le quartier que l’on appelle aujourd’hui le Vieux-Terrebonne, a ravagé plus de 120 maisons, laissant plus de 600 personnes sans abri. Près de 95 ans plus tard, du 16 au 18 novembre, plus de 200 personnes sont venues revivre les tragiques événements à l’occasion de la 3e édition du parcours théâtral multimédia Au feu!

Marie et Joseph Limoges, de la manufacture, le maire Eugène Labelle et une dizaine d’autres personnages d’époque interprétés par des comédiens ont raconté aux spectateurs comment ils ont vécu ce terrible incendie qui a dévasté le tiers de ce qu’était la ville de Terrebonne à l’époque, sans faire de mort. L’intervention des pompiers de Montréal et même de Trois-Rivières a été nécessaire pour éteindre le brasier qui a fait rage pendant plus de 12 heures, dans un froid glacial, détruisant la majorité des commerces et des bâtiments fort importants tels que l’hôtel de ville de l’époque et le bureau de poste.

«Le cœur du village a arrêté de battre. Les sinistrés se voyaient obligés de s’en remettre à la charité publique. Quelques-uns d’entre eux ne s’en remirent jamais. Mais heureusement, à force de labeur et de persévérance, la plupart d’entre eux réussirent à s’en sortir», a résumé André Fontaine, l’animateur du parcours.

Version 2.0

C’est une version complètement revue de l’événement qu’ont offerte la Société d’histoire de la région de Terrebonne (SHRT) et l’organisme Art Partage pour les six représentations de cette 3e édition. Les textes, la mise en scène et l’animation ont été modifiés, et même l’odeur du feu était au rendez-vous.

Mais le plus gros changement réside dans l’expertise des gens d’Art Partage. L’organisme a utilisé un projecteur mobile pour reproduire des images et des photos d’époque sur l’hôtel de ville, la salle du conseil et d’autres bâtiments pour permettre à la foule de revivre l’incendie comme si elle y était.

De la musique résonnait également dans des haut-parleurs transportés par des techniciens le long du parcours.

Un succès

Le président de la SHRT, Claude Blouin, qualifie l’événement de succès, malgré les conditions météo pas toujours favorables à cette période de l’année. «Nous allons voir comment nous pourrions bonifier l’événement et attirer les gens de Laval et de Montréal», a-t-il émis comme souhait. Il tient à remercier de leur soutien l’ensemble des partenaires et des bénévoles qui ont permis la tenue de l’événement.

Radhanath Gagnon, d’Art Partage, était ravi de l’engouement du public pour cette nouvelle version. «Les gens sont surpris. Les comédiens sont super bons, mais l’aspect multimédia apporte un plus. La metteure en scène a beaucoup travaillé sur l’écriture pour s’assurer que ça concordait avec les projections et nous avons aussi apporté des éléments nouveaux à chaque station», explique le directeur général de l’organisme mascouchois qui œuvre surtout dans le monde du cinéma.

Notons également l’importante contribution financière du ministère de la Culture et des Communications, du Conseil des Arts et des Lettres du Québec et de la Ville de Terrebonne dans le succès de cet événement.

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités