15° Terrebonne, dimanche 27 mai 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Dix questions à Amélie Villeneuve, maître chocolatière
Quelques petites douceurs pour la Saint-Valentin, préparées par Amélie Villeneuve. (Photo : Gilles Fontaine)

Dix questions à Amélie Villeneuve, maître chocolatière

Propos recueillis par Gilles Fontaine

Mardi 13 février 2018

Amélie Villeneuve est maître chocolatière artisanale depuis huit ans et copropriétaires du Divin Tandem dans le Vieux-Terrebonne.

 

Qu’est-ce qui vous a attiré vers le chocolat?

Évidemment, le goût délicieux du chocolat, mais surtout le désir d’offrir du plaisir à ceux que j’aime. Au début, je faisais du chocolat pour mon plaisir à la maison pour me détendre et pour offrir en cadeau.

Vous souvenez-vous de votre première création?

C’était un chocolat au piment fort, il y a au moins 15 ans. Professionnellement, ça a été chocolat à la liqueur de litchi et au poivre rose. Ça sortait des sentiers battus, avec un goût très particulier.

Qu’est-ce qui a le plus changé dans l’industrie chocolatière?

Au début, c’était une histoire de grandes marques ou de pâtisseries qui offraient quelques chocolats. Se sont ajoutés les chocolatiers artisanaux, mais aussi les entre-deux, c’est-à-dire les artisans chocolatiers plus «industriels», devenus fournisseurs.

Brisez les mythes! Quels sont les bienfaits du chocolat?

Il y en a beaucoup, mais c’est surtout à cause des polyphénols et des antioxydants qui sont présents dans le cacao. Par contre, pour avoir tous les bienfaits du cacao, il faudrait manger du chocolat pur. Je dirais que le plus grand bienfait, c’est le plaisir que cela procure, tout simplement.

Quel est votre chocolat préféré?

Je les aime tous. C’est difficile d’en choisir. J’aime particulièrement les truffes grué de cacao et le chocolat à cardamome et à huile d’olive. Et, bien sûr, le chocolat au litchi et poivre rose, parce que c’est mon premier.

Qu’est-ce qui est le plus complexe dans la fabrication du chocolat?

Tout est complexe, mais particulièrement le tempérage du chocolat et le contrôle de l’environnement. L’humidité et la température pour les chocolatiers artisanaux constituent un grand défi.

Comment s’inspire-t-on pour trouver de nouvelles recettes?

Je m’inspire, entre autres, de livres de recettes, des réseaux sociaux et de mes propres goûts. Je joue avec les ingrédients et je fais des mélanges, tout en respectant notre identité et notre clientèle.

Quelles sont les différences entre les chocolats commerciaux de grandes marques et les chocolats artisanaux?

La plus grande différence est les ajouts d’agents de conservation. Ça veut dire plus de sucre et plus de gras. Dans les faits, les chocolats commerciaux sont plutôt des bonbons ou des friandises au chocolat.

Quel est le meilleur assortiment de chocolats à offrir à son amoureux ou son amoureuse pour la Saint-Valentin?

En fait, si on parle de plusieurs chocolats, je dirais un peu de classique, mais aussi des chocolats pour surprendre, et des chocolats que la personne aimée n’aurait pas choisis.

Est-ce vrai que le chocolat est aphrodisiaque?

Oui. C’est le déclenchement des endorphines qui se produit lorsque tu manges du chocolat, ça déclenche l’hormone du plaisir. Et avouons-le, est-ce qu’il y a mieux qu’un petit chocolat en introduction?

La Revue en 5 minutes CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités