-0° Terrebonne, lundi 22 octobre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ENTREPRENEUR D'ICI : Antoine Lincourt et la conservation de l’histoire écrite
Faire preuve de minutie, de calme, et surtout, prendre le temps de prendre son temps; Antoine Lincourt est comme un conservateur d’écrits et d’histoire. (Photo : Gilles Fontaine)

ENTREPRENEUR D'ICI : Antoine Lincourt et la conservation de l’histoire écrite

Gilles Fontaine

Mardi 30 janvier 2018

Après avoir passé une grande partie de sa vie à travers les livres, Antoine Lincourt a décidé, il y a près de deux ans, de se lancer en affaires et de créer sa petite entreprise de reliure et de restauration de livres anciens, Antoine Lincourt, Relieur.

«Durant trois générations, ma famille a tenu une librairie. Entouré ainsi de livres et imprégné de culture, j’ai été amené à porter une affection et un respect aux livres, sous toutes leurs formes», nous dit M. Lincourt.

Une vie dans les livres

C’est sa grand-mère, Florence Chapleau, qui semble avoir été la grande responsable de cette affection. «Ma grand-mère avait décidé d’acheter des livres pour les louer aux citoyens. La relation entre notre famille et les livres débutait. Par la suite, mes parents ont eu un dépanneur à Terrebonne et quelques livres aussi.» Peut-on dire qu’Antoine Lincourt est né avec un livre à la main? Et encore plus tard, Antoine Lincourt et ses sœurs ont tenu la Librairie Lincourt, sur la rue Saint-André, dans le Vieux-Terrebonne, là où se situe son atelier de reliure.

«Dans la vie, j’ai toujours pensé que nous devions nous réaliser ou réaliser quelque chose. Mon travail à la librairie était très agréable, mais j’avais besoin de quelque chose de plus.»

Au fil de recherches et de rencontres, il a fait l’acquisition de l’équipement de reliure d’un homme de Terrebonne et suivi un cours à Montréal, à l’atelier de Catherine Gaumerd.

Préserver l’histoire et le patrimoine

Pour lui, Antoine Lincourt, Relieur est davantage qu’une entreprise. C’est la conservation de l’histoire et du patrimoine écrits.

«Vous savez, je ne me sens pas comme un entrepreneur, au fond. Je suis plus proche d’un artiste, mais au lieu de créer une œuvre originale, je m’efforce plutôt de la conserver très longtemps en lui donnant l’occasion de revivre. Malheureusement, c’est un art qui se perd doucement. Nous sommes très peu au Québec à faire ce genre de reliure. Je crois que l’on est moins de 50», nous informe-t-il.

Son art et son travail, outre le respect de l’œuvre et de l’histoire, exigent minutie, grande précision, calme, et commandent, surtout, de prendre le temps qu’il faut!

Enseigner et transmettre

L’un de ses plus grands souhaits serait de transmettre et d’enseigner. Il a déjà fait l’expérience de donner des ateliers et a beaucoup apprécié. En plus de transmettre ses connaissances, Antoine Lincourt aurait l’impression de contribuer au développement de son art. Il aurait la conviction de perpétuer le travail de la reliure et la restauration de livres anciens.

Il souhaiterait de plus que les villes, les paroisses et les sociétés d’histoire, entre autres, fassent le choix pour l’avenir de conserver leur histoire et n’hésitent jamais à faire restaurer leurs bouquins.

Dans son atelier situé dans l’ancienne Librairie Lincourt, rue Saint-André, il reprend son travail. De très vieux livres attendent de se refaire faire une beauté d’antan. Pour en savoir davantage sur la reliure et la restauration de livres anciens, il suffit de communiquer avec Antoine Lincourt au 438 763-5887 ou à antoinelincourt@icloud.com.

31 dec 2017-2018 Lise Viau cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités