-8° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ENTREPRENEUR D'ICI : Les couleurs café de Michel Boisvert
Le propriétaire de Café Monde, Michel Boisvert, et sa conjointe, Natacha Bélanger. (Photo : Pénélope Clermont)

ENTREPRENEUR D'ICI : Les couleurs café de Michel Boisvert

Pénélope Clermont

Mardi 31 octobre 2017

La carrière de Michel Boisvert est née d’un coup de cœur. Une visite dans un café montréalais lui a donné envie d’ouvrir son propre café. Si son rêve a pris une autre forme au fil des 22 années qui se sont écoulées, l’entrepreneur se dit comblé de pouvoir toujours évoluer dans le domaine qui le passionne.

«Mon "trip", c’était d’avoir un "coffee shop". J’avais même mon local dans le Vieux-Terrebonne, mais ça n’a pas abouti. […] Le marché de la restauration est complexe et tu ne comptes pas tes heures pour obtenir des miettes. Mon but n’est pas de faire cent heures par semaine. Chacun son créneau», relate-t-il.  

Comme il venait de développer plusieurs contacts dans le domaine du café, l’entrepreneur s’est tout de même lancé dans la distribution de café auprès de restaurateurs locaux. En 1995 est donc né Café Monde.

«À l’époque, je faisais ça dans ma chambre et dans mon sous-sol. Aujourd’hui, nous avons deux entrepôts. Depuis une quinzaine d’années, nous avons aussi une boutique ouverte au public», résume le principal intéressé, qui a vu son marché s’élargir au fil des ans.

Son bébé : sa boutique

En gros, il importe du café qui est cuit par une entreprise partenaire et il le distribue ensuite, que ce soit aux restaurateurs (90 % de ses activités), aux entreprises ou aux particuliers, qui viennent choisir leurs cafés ou thés sur place. Des machines et accessoires sont d’ailleurs accessibles en boutique.

«La boutique, c’est mon bébé. On sert des cafés individuels. Je fais des lattes, des cappuccinos... Sans prétention, je suis rendu assez bon là-dedans!» se réjouit le barista, qui dispose d’environ 35 sortes de café sur place.

Ouvert uniquement la semaine, Café Monde pourrait éventuellement vendre son café le samedi aussi. «Rien ne sert de me lancer partout», affirme cependant M. Boisvert, préférant suivre le courant et les besoins de sa clientèle. Une étape à la fois, comme il le fait depuis le début.

De plombier à entrepreneur

Naturellement fonceur et déterminé, selon sa conjointe, Natacha Bélanger, qui est aussi très impliquée dans Café Monde, M. Boisvert est fier d’avoir mis sur pied une entreprise à partir de rien. «Je n’avais aucun contact et personne dans ma famille, à part ma grand-mère, n’était en affaires», note l’homme qui était plombier avant d’entreprendre cette aventure.

Déjà amateur de café, il a pu parfaire ses connaissances à force de baigner dans le domaine. Il est ainsi en mesure de conseiller ses clients sur les produits à se procurer. Chose certaine : «Notre café est 100 % arabica! conclut le passionné d’espressos, particulièrement du cremoso. C’est le "blockbuster" du café!»


29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités