22° Terrebonne, lundi 25 septembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ENTREPRENEURS D'ICI: Deux amis, deux passionnés, deux partenaires d’affaires
Émérik Caron et Arnaud P. Paquin, deux amis, deux mécaniciens et deux partenaires d’affaires. Ils sont copropriétaires de la boutique La Cribs située au 221, rue Chapleau, dans le Vieux-Terrebonne. (Photo : Gilles Fontaine)

ENTREPRENEURS D'ICI: Deux amis, deux passionnés, deux partenaires d’affaires

Gilles Fontaine

Mardi 18 avril 2017

Une solide amitié et une passion commune ont fait d’Arnaud P. Paquin et Émérik Caron des partenaires d’affaires. Copropriétaires de la boutique La Cribs située dans le Vieux-Terrebonne, les deux entrepreneurs et mécaniciens se spécialisent, depuis mai 2013, dans la réparation de vélos ainsi que la vente d’équipements et d'accessoires.

Arnaud et Émérik se connaissent depuis treize ans, soit depuis l'époque où ils fréquentaient l’école secondaire. Ensemble, ils pratiquaient le même sport, le vélo «freestyle», et ont donc développé une passion commune.

Le monde du vélo

Arnaud a été initié dès son jeune âge au monde entrepreneurial, puisque deux de ses oncles ainsi que son grand-père ont tenu une boutique de vélos à Terrebonne. Adolescent, il a même importé et exporté des pièces et accessoires pour son propre compte.

Quant à Émérik, c'est une exposition de vélos qui lui a donné la piqure. «J’accompagnais Arnaud dans une exposition où l’on tenait un kiosque. Le fait de voir tous les exposants m’a grandement influencé», dit-il, en ajoutant que son père a toujours été «à son compte». Il a rejoint Arnaud chez Marseille Bicycles, à Montréal, une entreprise pour laquelle il travaillait depuis déjà quelques temps.

Tous deux étaient très impliqués dans cette boutique et se chargeaient de la section BMX du commerce, en organisant des événements pour faire rayonner leur sport. Cette implication les a amenés à faire différentes choses pour l'entreprise.

Travailler pour soi

«À un certain moment, j’ai réalisé que si nous pouvions être impliqués pour un autre, nous pourrions aussi l’être pour nous. En plus, nous avions un atelier qui trainait dans un garage, l’atelier qui appartenait à ma famille, et nous avions une passion commune. Le calcul a été simple à faire», raconte Arnaud.

Pour le démarrage de leur entreprise, les deux amis ont eu à travailler en étroite collaboration avec le CLDEM. Ils ont également profité d’un programme leur permettant de se concentrer sur le bon fonctionnement de leur commerce sans trop se soucier des revenus pendant une certaine période.

Bien qu’ils aient connu quelques embûches, au départ, ils reconnaissent que les «bâtons n’ont pas réussi à briser leurs roues», pour reprendre une célèbre expression. Ils ont avancé graduellement, sans sauter les étapes.

S’ils se sentent plus confortables après cinq ans, Arnaud et Émérik sont bien conscients qu’ils ne doivent pas s’asseoir sur leurs lauriers. Ils doivent constamment se renouveler et s’adapter aux changements.

Après cinq ans

Depuis l’ouverture de La Cribs, en 2013, l’entreprise leur a offert plus de liberté et d’implication dans un sport qu’ils adorent. D’ailleurs, Arnaud donne des cours et l’entreprise commandite une équipe de 11 «riders» de BMX qui évoluent partout au Québec.

Sans hésiter, tous deux affirment se démarquer par le service et l’accueil. «Les clients font affaire directement avec les propriétaires et je crois que ça compte beaucoup», soutient Arnaud.

«Et quand les gens entrent chez nous, ajoute Émérik, ils n’entrent pas dans une grande surface. Ils sont accueillis comme s’ils venaient chez moi. Et je crois que ça parait que nous sommes heureux.»

En 2017, ils fêteront leur cinquième été. Quels pièges doivent-ils éviter? «La facilité et le fait d'être trop confortables, répond rapidement Arnaud. Il faut rester vigilants et garder les deux pieds sur terre.»

Avec des comptes YouTube, Facebook et Instagram, en plus de leur site Web www.bmxcribs.com, Arnaud et Émérik s’assurent de se faire connaître et, surtout, de voir à la promotion de leur passion.

26 sept 2017 CS Samares Soudage semi cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités