25° Terrebonne, dimanche 20 août 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ENTREPRENEURS D'ICI: Un peu d’innocence, beaucoup de passion
Thomas Caron et Nicolas Tremblay, deux jeunes entrepreneurs qui mènent de main de maestro l’école de musique Allegria à Mascouche depuis 2013. (Photo : Gilles Fontaine)

ENTREPRENEURS D'ICI: Un peu d’innocence, beaucoup de passion

Gilles Fontaine

Mardi 13 juin 2017

Est-ce que Thomas Caron et Nicolas Tremblay savaient vraiment dans quelle galère ils s’embarquaient lorsqu’ils ont fait l’acquisition de l’école de musique Allegria? Les défis n’effrayaient pas ces deux jeunes entrepreneurs; ils avaient un but et c’est tout ce qui comptait.

Rien ne leur laissait présager qu’un jour, ils feraient des affaires. Thomas était un bachelier en administration publique en voie de terminer une maîtrise en idées politiques, et Nicolas, un diplômé en musique qui avait quelques contrats professionnels.

Ils se sont connus au centre musical Allegria, situé alors à Terrebonne. Bien qu’ils aient suivi des cours à cet endroit, c’est plusieurs années plus tard qu’ils ont réellement fait connaissance. En 2012, ils étaient tous deux enseignants lorsque Thomas a vu une opportunité se présenter à lui.

Une opportunité en 2012

Au bout d’une nuit de recherche, de calcul et de prévisions budgétaires, Thomas a demandé à son collègue s’il était intéressé de devenir propriétaire de l’école de musique avec lui. C’est ainsi que leur aventure d’affaires a débuté.

«J’ai l’impression qu’à l’âge que nous avions, nous nous pensions invincibles ou un peu candides pour ne pas vraiment réaliser tous les enjeux d’une telle décision. Avec le temps, je crois que ça a été un avantage», mentionne Thomas. «Je ne suis pas convaincu que nous aurions pris la même décision si nous avions su vraiment tout ce que ça pouvait comprendre.» Mais Thomas était prêt.

«Quand on a prévu de se rencontrer, ajoute Nicolas, je pensais qu’on était pour avoir une simple discussion de quelques heures. Mais non. Thomas est arrivé avec des budgets, des feuilles Excel, des listes de dépenses. Tout était là. Il m’a convaincu et on s’est lancé.» C’était à l’automne 2012. En février 2013, ils avaient accès à leur local actuel à Mascouche et en avril, l’école ouvrait.

Comme une famille

Il n’y a pas que la passion pour la musique qui aura été déterminante dans leur prise de décision, mais aussi la passion d’enseigner et d’être en groupe. «Il y a toujours eu un bel esprit de famille au Centre et il était important de transporter cette ambiance avec nous. Nous ne pouvions pas arrêter tout ça», disent-ils.

Ils ont fait les choses à leur manière, très simplement, mais avec beaucoup de passion. Ils prennent soin de leur monde et trouvent toutes sortes de moyens pour assouvir leur passion. Les camps de jour musical ou les camps Rock sont des idées qu’ils ont réalisées, lesquels sont devenus très populaires auprès des jeunes amateurs de musique. Et pour les tout-petits, ils ont mis en place un concept d’apprentissage avec cahier et illustrations, avec «Allegrillon», un personnage qu’ils ont inventé.

«On aimela musique. Onaime ce qu’on fait. Quand les parents accompagnent leur enfant pour un cours, ils restent souvent dans la salle d’attente et ça nous arrive de jaser de musique, de concert. Bref, on “tripe” vraiment musique.»

Aujourd’hui, l’école Allegria compte plus de 130 élèves et une douzaine d’enseignants. Il ne faut pas chercher longtemps pour voir la passion dans les yeux de Thomas et Nicolas. Ils ont réussi à force de passion, mais aussi à force de travail et de conviction.

 

1 an Brisson 2018

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités