22° Terrebonne, lundi 25 septembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

FABRIQUÉ ICI: Deux usines, deux cents produits
Amélie Léger, présidente, Marylène Guay, directrice des ventes, ainsi que Jérémie Barchechath, directeur développement et innovation, travaillent à développer et commercialiser les sauces et autres produits fabriqués à Terrebonne. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

FABRIQUÉ ICI: Deux usines, deux cents produits

Jean-Marc Gilbert

Mardi 21 février 2017

Deux ans après l'arrivée d'Aliments Sibon, producteur de marinades et de condiments à Terrebonne en 2004, elle fait l'acquisition de Délices d'Autrefois, fabricant de sauces pour pâtes. Dirigée par une nouvelle propriétaire depuis peu, l'entreprise a rationalisé son offre, développé de nouvelles marques et entend maintenant doubler sa production.

Avec trois associés, Amélie Léger a fait l'acquisition d'Aliments Sibon en 2014. Elle a récemment racheté les parts de ses associés et préside maintenant seule les deux usines employant 40 travailleurs, situées sur la rue des Fabricants à Terrebonne. De 2014 à 2016, l'entreprise a redéfini le créneau de chaque usine. Le nombre de produits offerts est passé de 350 à 200 pendant qu'Aliments Sibon et Délices d'Autrefois fusionnaient.

Nouvelles marques

Parallèlement, les marques Necta et Kitchen Lab ont vu le jour. «Necta propose des produits naturels et biologiques. On rejoint donc une clientèle qui recherche de tels produits, dont les sportifs. Kitchen Lab, c'est plus gourmet et on veut l'exposer encore plus aux consommateurs dans les prochaines années», explique Amélie Léger. Le premier défi de cette marque a été de mettre en marché des sauces pour pâtes à partir de légumes difformes qui finissent habituellement à la poubelle. Une façon de réduire le gaspillage alimentaire. On peut trouver ces sauces dans les épiceries Metro.

Mêmes recettes, meilleures ventes

Lorsqu'Aliments Sibon a changé de mains, il n'était pas question de toucher aux recettes. Ni pour le ketchup aux fruits ni pour les sauces à la viande. «On ne change pas ce qui fonctionne! Pour Délices d'Autrefois, les sauces existent depuis plus de 30 ans et les gens sont fidèles à la marque», note Mme Léger.

«Ce sont des produits faits comme à la maison avec des ingrédients simples, bons pour la santé et bons au goût. Il y a même des morceaux d'aliments. Tout n'est pas broyé à 100 %», ajoute Marylène Guay, directrice des ventes.

De nouvelles recettes ont été confectionnées et mises sur le marché, comme une sauce à la viande fumée. Et les nouveaux dirigeants ont trouvé comment charmer plus de clients, car le volume de ventes a explosé de 33 % de 2014 à 2016, uniquement pour les sauces Délices d'Autrefois.

Doubler la production

Et l'entreprise n'entend pas s'arrêter là. Environ 300 000 $ ont été investis pour l'achat de nouveaux équipements, ce qui permettra à l'une des usines de doubler le volume de production. D'ici juin 2017, Aliments Sibon espère obtenir une certification fédérale qui permettra de vendre les produits contenant de la viande à l'extérieur du Québec. En plus d'une expansion au Canada anglais, les produits ne contenant pas de viande continueront d'être exportés dans près de 10 pays répartis sur quatre continents, dont l'Australie, le Japon et la France.

11 septembre 2017 Frontenac cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités