-9° Terrebonne, lundi 20 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Notre vitalité économique couchée sur papier
Gilles Bordonado, éditeur du Reflet économique, et la famille de Vanico-Maronyx, Charles-Antoine Gauvreau, Robert Gauvreau, Gloria Vega, Alain Belzile et Evelyne Gauvreau.

Notre vitalité économique couchée sur papier

Véronick Talbot

Mercredi 1 novembre 2017

C’est le mercredi 25 octobre qu’avait lieu le lancement officiel de la 34e édition du Reflet économique de la MRC Les Moulins. Pour l’occasion, une centaine de partenaires et d’entrepreneurs se sont réunis dans l’enceinte du Centre de formation professionnelle des Moulins, afin de célébrer la fibre entrepreneuriale et la vitalité économique de notre communauté.

Produite par le journal La Revue, en collaboration avec le Centre local de développement économique des Moulins (CLDEM), la nouvelle mouture de ce magazine met encore une fois en lumière le succès d’entrepreneurs de la région, en plus de tracer le bilan d’une autre année effervescente d’un point de vue économique. «Depuis 34 ans, le Reflet économique communique nos réussites au grand public comme aux gens d’affaires, ce qui en fait un ambassadeur de premier plan, a témoigné le président du CLDEM, Christian Pimparé. Il véhicule une image positive de nos entreprises, de notre communauté d’affaires et de l’ensemble de la collectivité. Qui plus est, il occupe une place unique au Québec par sa durée, sa constance et sa qualité. Au gré de ses éditions, les lecteurs sont en mesure d’apprécier le parcours d’entrepreneurs bien établis, de même que de nouvelles entreprises qui s’ajoutent à notre communauté économique. La richesse de son contenu est le reflet de la vitalité de notre milieu.»

«Une roue qui tourne»

Des propos qui ont fait écho à ceux du maire de Mascouche et préfet de la MRC Les Moulins, Guillaume Tremblay. «Année après année, ce magazine vient jouer un rôle important dans notre communauté en nous permettant de nous arrêter pour parler de développement économique. On a un terreau très fertile dans la MRC Les Moulins, et chaque année, de nouvelles entreprises s’installent chez nous, permettant à beaucoup de résidents de trouver des emplois de qualité près de chez eux et de générer de la richesse. C’est une roue qui tourne à l’avantage de notre population.»

«Le lancement du Reflet économique est un rendez-vous annuel qui célèbre la prospérité et le rayonnement économique de notre MRC, a ajouté André Fontaine, maire suppléant de Terrebonne. Au rythme où notre milieu de vie évolue, il est nécessaire de prendre le temps de se parler, de s’écouter, de s’épauler et de souligner nos réussites collectives et individuelles afin de préparer ensemble l’avenir, celui de nos familles et celui de notre économie.»

Un grand bâtisseur honoré

Comme le veut la tradition, le lancement du Reflet économique est aussi l’occasion d’introniser un ou des nouveaux entrepreneurs au Mur des bâtisseurs de La Revue et du CLDEM. «Les personnalités honorées ont droit à une présence permanente dans la salle de conférence du CLDEM depuis 2004, a rappelé Gilles Bordonado, éditeur et président de La Revue et du Reflet économique. Je pense que d’honorer des gens qui nous inspirent nous permet de regarder vers où on doit chercher à aller.»

Et cette année, c’est Robert Gauvreau, président de Vanico-Maronyx, qui fait d’ailleurs la couverture du magazine, qui a été ainsi honoré. Notons que l’entreprise, véritable chef de file dans la conception et la fabrication de mobilier de salle de bain, est présentement à construire une nouvelle usine à Terrebonne, un investissement de quelque 10 M$.

«Cette nouvelle usine, c’est l’aboutissement de ma carrière d’entrepreneur, a confié M. Gauvreau devant la centaine de personnes réunies. Je me rappelle, quand je me suis lancé en affaires avec mon frère Gaétan, que mon objectif était de contribuer au développement économique du Québec. Je voyais loin. Évidemment, ça n’a pas été facile, mais nous avons su développer des champs d’expertise qui font aujourd’hui la force de notre entreprise. Et je me considère chanceux d’avoir une relève forte pour continuer de créer de la richesse.»

Son fils, Charles-Antoine Gauvreau, directeur général de Vanico-Maronyx, a poursuivi : «Pour l’avenir, deux options s’offraient à nous : nous asseoir sur nos lauriers en conservant une rentabilité à court terme ou investir et continuer à générer de la richesse. Et c’est l’option que nous avons choisie. Nous avons investi 1,5 M$ dans de nouveaux équipements pour demeurer compétitifs et continuer de fabriquer localement, ainsi que 7,5 M$ dans un nouvel immeuble, pour offrir plus de produits et de meilleurs délais de livraison à la clientèle, pour le bien-être de notre équipe et pour la qualité de notre environnement.»

1 an Brisson 2018

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités