22° Terrebonne, lundi 20 août 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Une faillite de plus de 40 M$
Le président d’Embouteillage Solar, Guillaume Soulières, en des temps où l’entreprise traversait une période plus heureuse. (Photo : archives)

Une faillite de plus de 40 M$

Jean-Marc Gilbert

media@larevue.qc.ca

Mardi 9 janvier 2018

Installée à Terrebonne depuis 2008, l’entreprise spécialisée dans la production et l’embouteillage de boissons alcoolisées Cidrerie Solar, également connue sous le nom d’Embouteillage Solar, a déclaré une faillite de plus de 40 M$ en décembre.

Dans un avis de faillite daté du 14 décembre, réalisé par la firme Raymond Chabot, on constate qu’après la différence entre le passif et les actifs, le déficit de l’entreprise était de 40 222 491,80 $.

Parmi les nombreux créanciers, notons que Revenu Québec réclame à lui seul des montants totalisant plus de 30 M$, toujours selon les documents de Raymond Chabot.

La première assemblée des créanciers était prévue le 9 janvier.

De plus, l’immeuble industriel de plus de 50 000 pieds carrés, construit au 901, rue des Forges en 2016, est à vendre, ainsi que plusieurs machineries et autres biens de l’entreprise. Il est possible de soumissionner pour l’achat de ces biens jusqu’au 15 janvier, 14 h.

Rappels

Cette déclaration de faillite est survenue seulement quelques jours après la mise en demeure signifiée le 20 novembre par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ).

Ce document enjoignait Solar «à cesser immédiatement la fabrication, la vente, et toute publicité concernant les produits Baron, Four Loko, Mojo, Octane et Seagram aux fruits, puisque leur fabrication et leur étiquetage ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur».

C’est pourquoi Embouteillage Solar annonçait, le 6 décembre, dans un communiqué de presse, «le rappel de produits des Breuvages Blue Spike des tablettes des détaillants en alimentation pour la raison que ces produits contiennent de l’alcool éthylique plutôt que de l’alcool issu de la fermentation du malt».

«La substitution de ces deux ingrédients n’a aucun effet sur la teneur en alcool ou sur la qualité des produits. Cependant, l’utilisation de l’alcool éthylique n’est pas conforme à la réglementation prévoyant que seuls la bière, le cidre, le vin ou les produits artisanaux peuvent être mis en marché chez les détaillants en alimentation», ajoutait l’entreprise, toujours dans le communiqué.

Aucun représentant d’Embouteillage Solar n’a rappelé La Revue.

18 janvier 2018 - Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités