-1° Terrebonne, mardi 21 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Être chef de file en développement durable
Eugène Jolicoeur, candidat au quartier 2, et le maire sortant, Guillaume Tremblay, veulent faire de Mascouche un chef de file en matière de développement durable.

Être chef de file en développement durable

Mardi 17 octobre 2017

À moins de trois semaines de l’élection municipale, le parti de Guillaume Tremblay, Vision démocratique de Mascouche (VDM), s’engage à positionner la Ville comme un chef de file en matière de développement durable au cours du prochain mandat.

«Les municipalités sont à l’avant-plan en ce qui touche la protection de l’environnement. Par exemple, elles ont l’obligation de faire appliquer de nombreux règlements décrétés par Québec, notamment en ce qui concerne la gestion des installations septiques et des fossés. Dès notre arrivée en poste en 2013, nous avons pris nos responsabilités en déployant de nombreux programmes visant à soutenir et à accompagner les citoyens afin que tous puissent contribuer à rendre notre ville plus verte et à léguer un environnement sain aux générations futures. Par exemple, Mascouche offre maintenant les services d’un professionnel pour faciliter le remplacement des fosses septiques, ce qui représente une économie intéressante pour les propriétaires concernés», explique le chef du parti, Guillaume Tremblay.

Des réalisations qui se poursuivront

Le maire sortant a aussi fait état des réalisations de VDM : nettoyage de la rivière Mascouche, la brigade verte, le Rendez-vous nature, la végétalisation des grandes artères routières, les subventions pour l’achat de couches lavables, de composteurs domestiques et de récupérateurs d’eau de pluie, ainsi que les engagements quant aux fossés.

De son côté, le candidat du district 2, Eugène Jolicoeur, indique que son parti a voulu prêcher par l’exemple en préconisant une campagne plus verte : «Afin d’être cohérente avec nos valeurs, notre équipe a opté pour une campagne sans affiches. Après plus de quatre ans à faire le tour de nos quartiers et à être actifs dans notre communauté, nous prenons le pari que nos concitoyens préfèrent nous voir sur le terrain plutôt que sur des poteaux», conclut M. Jolicoeur. (GF)

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités