3° Terrebonne, mercredi 22 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Train de banlieue : des études pour étudier des études

Mardi 18 janvier 2005

Décevant! C’est le seul mot qui nous vient à l’esprit à la suite du dévoilement des résultats de l’enquête origine-destination 2003 de l’Agence métropolitaine de Transports (AMT), lors d’une conférence de presse tenue à Montréal le 18 janvier.

Éric Ladouceur

Décevant, parce que malgré une hausse de 29 % de l’utilisation des différents transports en commun sur la couronne Nord de Montréal depuis 1998, ni Joël Gauthier, PDG de l’AMT, ni Yvon Marcoux, ministre des Transports, n’ont voulu s’avancer sur la possible implantation d’un train de banlieue à Mascouche ou à Repentigny.

Étudier des études

"Il faudra détailler la présente étude pour toute la région Nord-Est de Montréal avant de planifier le développement du transport en commun dans cette région. Cette deuxième partie de l’enquête origine-destination sera déposée en mars prochain", a expliqué M. Gauthier, tout en réitérant que la région Nord-Est était une région prioritaire pour l’AMT.

Dans cette enquête, qui couvre 88 municipalités dans les cinq grandes régions métropolitaines (Montréal, couronnes Nord et Sud, Laval, Longueuil), les résultats dévoilent que ce sont les couronnes Nord et Sud qui ont vécu la plus forte augmentation de l’utilisation du transport en commun sur le territoire au cours des cinq dernières années.

Paradoxalement, c’est aussi sur la couronne Nord que les déplacements en auto ont connu la plus forte augmentation, soit une hausse de 11 % par rapport à 1998, ce qui s’explique en partie par une forte croissance démographique.

En vrac

En vrac, pour la couronne Nord, l’enquête indique qu’il y a eu une augmentation de 8 % des déplacements, une hausse de 13 % du parc automobile, une hausse de 11 % des déplacements et une hausse de 29 % de l’utilisation des transports en commun.

Concernant ce dernier chiffre, le président du Comité de transport de la MRC Les Moulins, Jean-Luc Labrecque, a dit être très satisfait de cette hausse de la fréquentation du transport. "Nous avons réussi à suivre la croissance démographique et les besoins de la population de la région. C’est très encourageant", a-t-il déclaré.

Le pont de la 25

En ce qui concerne le pont de l’autoroute 25, le projet est présentement entre les mains du ministère de l’Environnement, mais le ministre Yvon Marcoux s’est déclaré très favorable à la concrétisation du projet.

Lui aussi favorable à la construction du nouveau pont de la 25, le maire de Terrebonne et préfet de la MRC Les Moulins, Jean-Marc Robitaille, a cependant indiqué que le développement des infrastructures routières allait de pair avec le développement du transport en commun. "Ça fait 35 ans que je suis favorable à la construction du pont de la 25, qui viendrait décongestionner les principales artères et diminuer l’émission des gaz aux heures de pointe. Ceci dit, il faut également investir dans le transport en commun et surtout cesser de dépenser de l’argent pour des études qui ne vont que confirmer la pertinence d’un train de banlieue pour notre région", a mentionné M. Robitaille.

De fait, pendant que nos Villes adoptent des résolutions et font des pieds et des mains pour que les instances gouvernementales corrigent une iniquité flagrante en ce qui concerne les services de transport, du côté gouvernemental, on continue d’insister sur l’importance de nouvelles études.

24 novembre 2017 Rive nord bas

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités