-2° Terrebonne, vendredi 17 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Hommage à un professeur d’exception

Vendredi 22 juillet 2016

J’ai toujours su que les anges existaient… Cependant, je les croyais au ciel! Cette année, j’ai eu la preuve du contraire. J’en ai croisé un (ou plutôt une) à l’école secondaire Léopold-Gravel. Son nom? Marie-Noël. J’aurais dû me douter dès le départ qu’avec un pareil prénom, il ne pourrait en être autrement!

Comment puis-je être certaine qu’elle est ce que je prétends? Parce qu’elle n’a pas cessé de veiller sur notre fils tout au long de l’année.

Vous me direz que ça va de soi, puisqu’elle est enseignante… Je vous répondrai que dans le contexte où notre fils doit composer avec un trouble d’apprentissage (dyslexie-dysorthographie mixte), ce professeur a fait beaucoup plus que ce qui lui était demandé.

Elle a su le comprendre, le soutenir, lui faire confiance, le motiver et par-dessus tout, lui redonner l’estime de soi que les dix dernières années scolaires lui avaient fait perdre, et tout cela sans le juger. Elle l’a accepté tel qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses.

Alors que la grande majorité de ses professeurs voyaient en lui un élève «peu responsable», «peu attentif», «perdu», «anxieux», «qui ne s’implique pas», «peu motivé», «qui ne s’applique pas», «peu autonome», «qui suit avec difficulté», «inconstant dans ses efforts», «qui semble dans la lune», «qui écoute plus ou moins», «qui remet des devoirs incomplets», et j’en passe, Marie-Noël a très bien su cerner ses difficultés et elle a vu en notre fils un élève qui fait beaucoup d’efforts pour réussir… Même si les résultats ne sont pas proportionnels aux énergies déployées.

Le ministère de l’Éducation tente du mieux qu’il le peut de supporter ces élèves dans leurs difficultés scolaires, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire pour saisir vraiment les besoins de cette clientèle particulièrement intelligente, mais pour qui l’apprentissage ne se fait pas de la même manière ni au même rythme qu’un élève «régulier».

Voilà pourquoi je ne remercierai jamais assez le ciel d’avoir mis cet ange gardien sur notre route, car c’est grâce à elle si notre fils est resté sur les bancs d’école et s’il a repris confiance en lui.

Je souhaite à tous les élèves ayant des difficultés particulières de rencontrer un jour leur ange gardien, car l’enfer de l’école peut devenir un semblant de paradis.

Lyne Brault et sa famille

Terrebonne

18 nov 2017 Ecole Vision cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités