16° Terrebonne, mercredi 26 septembre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

« Arrogance » et « bouffonnerie »
Si le député de Terrebonne a pu compter sur l’appui du NPD et du Parti vert du Canada, il ne peut en dire autant des libéraux et des conservateurs. (Photo : courtoisie)

« Arrogance » et « bouffonnerie »

Mardi 12 décembre 2017

Le projet de loi C-364 du député de Terrebonne, Michel Boudrias, visant à rétablir le financement public des partis politiques a été débattu une seconde fois à la Chambre des communes le 7 décembre.

Ce projet de loi implique également l’abaissement du plafond des dons aux formations politiques de 1 550 $ à 500 $.

Le député bloquiste de Terrebonne a pu compter sur l’appui du NPD et du Parti vert du Canada. Chez les libéraux et les conservateurs, la réponse est négative. «Les libéraux avaient la chance de montrer qu’ils se souciaient vraiment des problèmes de trafic d’influence qui salissent leur parti actuellement. Leur réponse a été de m’envoyer un backbencher arrogant, David Graham, député de Laurentides-Labelle, utilisant le “bonjour/hi” en guise d’introduction. Je leur ai rappelé que c’est de leur propre héritage qu’il est question, puisque c’est Jean Chrétien qui avait mis de l’avant le financement public des partis, mais ils ont préféré manquer de respect envers ceux qui portent ce projet de loi», a déclaré Michel Boudrias.

Du côté conservateur, on remarque selon lui un changement frappant dans le discours tenu par le député Scott Reid. Ce dernier considère le projet de loi C-364 comme étant une solution à un problème qui n’existe pas, une déclaration qui a fait bondir le député de Terrebonne. «Les conservateurs ont passé la dernière année à critiquer les soirées de financement privées à 1 500 $ le billet de Justin Trudeau et son ministre des Finances, mais tout à coup, il n’y a plus de problème? C’est une bouffonnerie. Ils parlent des deux côtés de la bouche quand il est question d’éthique. C’est regrettable, parce que tous les partis sont perdants lorsque le lien de confiance entre la population et les élus se rompt», a-t-il conclu. (VT)

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités