-1° Terrebonne, jeudi 23 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

François Legault plus confiant que jamais
Le chef de la CAQ, François Legault, se dit convaincu d’avoir l’équipe et le programme nécessaires pour gouverner le Québec dès l’automne 2018. Ce sera à la population d’en décider. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

François Legault plus confiant que jamais

Mardi 17 octobre 2017

À un an des élections provinciales et clairement revigoré par la victoire de sa candidate Geneviève Guilbault lors de l’élection partielle dans la circonscription de Louis-Hébert, le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ) et député de L’Assomption, François Legault, considère que sa formation politique est prête à gouverner.

Au cours de sa tournée estivale, M. Legault, qui a hâte de présenter à la population son «équipe du changement», a identifié trois thèmes qu’il entend marteler d’ici au scrutin de 2018 : l’économie, l’éducation et la santé.

«Les salaires son trop bas lorsqu’on se compare à nos voisins de l’Ontario. Les gens n’arrêtent pas de nous le dire : même avec deux salaires, ils ont difficulté à payer les comptes. Il faut remettre de l’argent dans le portefeuille des familles.»

Il veut aussi lutter contre le décrochage et donner une chance à tous les enfants de réussir, en ouvrant à tous la possibilité de fréquenter une maternelle 4 ans.

Finalement, si plus de Québécois ont maintenant accès à un médecin de famille, ceux-ci sont rarement disponibles, selon le chef de la CAQ. Il souhaite donc que tous les groupes de médecine familiale (GMF) soient ouverts 7 jours sur 7. Il attend aussi avec impatience l’agrandissement de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur.

Rafler Lanaudière

Avec ces arguments et les autres propositions qu’il entend mettre de l’avant d’ici aux prochaines élections, François Legault a de grandes ambitions. Dans un premier temps, il croit être en mesure de balayer Lanaudière. «Toutes les circonscriptions sont prenables. Ce sera plus difficile dans Berthier et dans Joliette, mais je ne digérerais pas que Rousseau, Terrebonne et Les Plaines ne soient pas caquistes après la prochaine élection», affirme, sourire en coin, celui qui a aussi la ferme intention de conserver L’Assomption, Masson et Repentigny.

«Notre parti a été fondé en 2011. Lors des élections de 2012 et de 2014, nous avions peu de temps. Maintenant, nous avons 21 députés. Il en faut 63 pour avoir la majorité. Nous devons aller chercher les deux tiers manquants. Il n’y aura pas de vacances cette année», blague le député en conclusion.

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités