5° Terrebonne, vendredi 24 novembre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Des gouvernements autonomes de proximité
L’adoption du projet de loi 122 présente notamment de nouvelles obligations quant à la publication des avis publics dans les journaux.

Des gouvernements autonomes de proximité

Gilles

Fontaine

presse#larevue.qc.ca

Mardi 20 juin 2017

Le 15 juin, le gouvernement du Québec adoptait le projet de loi 122, visant à reconnaître l’autonomie des municipalités. Alors que les partis d’opposition ont voté contre ce projet de loi, prétendant à une entrave à la démocratie municipale, les villes, elles, l’accueillent favorablement.

Sanctionné le 16 juin, ce projet de loi prévoit entre autres l’abolition, à certaines conditions, de l’obligation de tenir un référendum. On y présente de plus de nouvelles obligations quant à la publication des avis publics dans les journaux. Également, on y prévoit un nouveau seuil minimal quant à l’octroi de contrats de gré à gré, passant de 25 000 $ à 100 000 $.

Intégrité et médias locaux

«Ce projet de loi nuit aux principes d’intégrité et de transparence (octroi de contrats), en plus de priver les citoyens d’une source d’information facilement accessible et les médias locaux d’une importante source de revenus (avis publics). D’ailleurs, nous avons insisté pour que les municipalités demeurent obligées de publier leurs avis publics dans les journaux, dont les hebdos régionaux, comme c’est le cas dans la MRC Les Moulins. Mais le Parti libéral est resté intraitable», a mentionné le député de Terrebonne, Mathieu Traversy.

On se rappellera que le député de Masson, Mathieu Lemay, avait lui aussi soutenu la position des hebdos locaux, alors que ceux-ci représentent une source d’information locale importante pour les citoyens. «Nous avons vivement déploré la décision du ministre Martin Coiteux d’abolir l’obligation de publication des avis publics dans les journaux locaux du Québec, ce qui met en danger la pérennité de la presse d’information régionale.» Le député de Masson a précisé que la CAQ n’est pas contre une transition graduelle de l’information locale vers un format numérique. «Toutefois, ce n’est pas en imposant ce changement du jour au lendemain, au même rythme et dans toutes les régions du Québec, que ce virage s’effectuera convenablement.»

Virage numérique

C’est notamment sur le virage numérique que mise le gouvernement en place. «Nous avons créé un fond pour stimuler le virage numérique des médias, et c’est ce sur quoi nous devons compter. Je suis une ancienne propriétaire de journaux et j’y crois donc fortement; ce virage doit se prendre», a souligné la vice-première ministre et ministre responsable de la région de Lanaudière, Lise Thériault.

Les maires se réjouissent

«Nous nous réjouissons de l’adoption de ce projet de loi qui reconnaît les municipalités comme gouvernements de proximité. Il nous donne de la flexibilité pour mieux servir les citoyens que nous représentons», a pour sa part déclaré Stéphane Berthe, maire de Terrebonne. Même réaction pour le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay. «Notre priorité sera les consultations publiques, et nous avions aussi déjà pris la décision de poursuivre avec la publication des avis publics dans les journaux. Cette loi nous donne plus de marge de manœuvre.»

29 nov 2017 ALBI NISSAN cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités