16° Terrebonne, mardi 24 octobre 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

L’intérêt du Québec d’abord
Après le dépôt d’un projet de loi, Michel Boudrias défendra les intérêts du Québec quant à la construction de nouveaux brise-glaces et à la saga des F18 et F35, et suivra de près les élections municipales du 5 novembre. (Photo : courtoisie)

L’intérêt du Québec d’abord

Gilles

Fontaine

presse@larevue.qc.ca

Mardi 10 octobre 2017

Pour les députés du Bloc Québécois Michel Boudrias (Terrebonne) et Luc Thériault (Montcalm), la rentrée parlementaire à Ottawa ne sera pas différente des autres, ce sera l’intérêt du Québec en premier lieu.

«Deux gros dossiers vont attirer davantage notre attention, a lancé Luc Thériault. Celui du libre-échange avec les États-Unis (ALENA) et celui de la légalisation de la marijuana. Dans le premier cas, le Québec n’est pas assis à la table de négociation et pour en arriver à un accord avec les Américains, le gouvernement Trudeau pourrait bien sacrifier l’agriculture québécoise en abandonnant la gestion de l’offre. Dans le cas de la marijuana, le Québec ne contrôle pas l’échéancier et au-delà des questions économiques, on a des questions à se poser comme société sur la prévention, la sécurité, la santé et sur des enjeux concernant la distribution, mais Ottawa ne laisse pas le temps à Québec de se pencher sur ces enjeux importants», a-t-il mentionné.

«Évidemment, il faudra porter un regard attentif sur la position des partis fédéraux dans le dossier de la laïcité. Le Québec s’apprête à déposer une loi pour assurer que les services de l’État soient donnés et reçus à visage découvert, et tant les libéraux que les néo-démocrates pourraient être tentés de la contester. À Ottawa, les fédéralistes ne semblent pas comprendre que le Québec a le droit de se donner des balises pour assurer la séparation de la religion et de l’État. Les gens de Montcalm pourront compter sur moi pour calmer les nerfs du fédéral, qui tente de nous empêcher de faire nos choix de société nous-mêmes», a poursuivi le député.

Dépôt de projet de loi

Pour le député de Terrebonne, Michel Boudrias, la rentrée parlementaire a débuté sur les chapeaux de roues, notamment par le dépôt d’un projet de loi sur le financement des partis politiques, un projet qui ramène le financement public, soit une «subvention» de 1,75 $ par vote, et abaisse le plafond des dons à 500 $.

«Des scandales d’éthique, on en a beaucoup trop vu dans les dernières années, les gens sont désabusés. C’est pour ça que j’offre à tous les partis de se joindre à moi pour combattre le cynisme et redorer le blason de nos véhicules politiques.»

«En renforçant sa loi sur le financement populaire des partis politiques, ajoute le député, le Québec a permis aux élus de se concentrer sur leur rôle de lien entre les citoyens et le Parlement, de faire avancer leurs idéaux et de favoriser l’exercice démocratique. Tout cela sans avoir à se soucier de financement, sans subir de pression pour amasser des sommes imposantes pour leur formation politique.»

«On n’est jamais mieux servi que par soi-même»

D’autres dossiers seront défendus et portés par les députés bloquistes, dont la construction de nouveaux brise-glaces au Québec.

«Au cours des prochains mois, le Bloc Québécois continuera, dans tous les dossiers, à défendre les intérêts des Québécois et à faire la démonstration que le Québec ne performe jamais mieux que quand il a en main tous les outils de son développement. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, comme on dit, et on va le rappeler aux Québécois», a conclu le député de Montcalm.

1 an Vitrerie Gascon Cell

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités