16° Terrebonne, jeudi 21 juin 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

Trois circonscriptions en moins dans Lanaudière?
La ministre Lise Thériault dénonce la volonté des groupes d’opposition de réformer le mode de scrutin, qui aurait d’importants impacts dans la région de Lanaudière.

Trois circonscriptions en moins dans Lanaudière?

Mardi 12 juin 2018

La ministre responsable de la région de Lanaudière, Lise Thériault, s’inquiète «de la volonté des oppositions de réformer le mode de scrutin qui mènera à l’abolition de trois circonscriptions dans la région de Lanaudière, diminuant ainsi son poids politique à l’Assemblée nationale».

Mme Thériault rappelle que le 9 mai, les partis d’opposition se sont engagés à déposer un projet de loi dès la première année de leur mandat respectif, faisant passer le nombre de circonscriptions de 125 à 75. Ainsi, la proposition de la Coalition Avenir Québec et du Parti Québécois éliminera 50 circonscriptions électorales pour les remplacer par des sièges qui seraient déterminés à l’aide d’une liste choisie par le parti politique. Ceux-ci seraient regroupés en huit régions, ce qui représente un nombre considérable d’électeurs, et couvriraient des territoires immenses, poursuit la ministre.

Concrètement, elle précise que dans la région de Lanaudière, une partie de Berthier serait fusionnée avec Maskinongé, et qu’une partie de L’Assomption serait fusionnée avec Repentigny. Dans la MRC Les Moulins, elle soutient que la circonscription de Terrebonne représenterait les limites de la ville de Terrebonne, coupant ainsi des territoires de Groulx, de Masson, de Rousseau et de L’Assomption, et que la circonscription de Masson ainsi qu’une partie de L’Assomption et de Rousseau seraient fusionnés. La circonscription de Joliette, enfin, serait fusionnée avec une partie de Berthier et de Rousseau.

«La réforme proposée éradiquerait trois circonscriptions sur sept dans la région de Lanaudière, ce qui affecterait la capacité du député à bien défendre les intérêts de ses citoyens. Dans ces circonstances, les partis d’opposition doivent être transparents, en informant la population des détails qu’entraînerait une telle réforme. Ils doivent renseigner les gens, pas seulement se limiter à des suppositions, car c’est un enjeu fondamental pour la représentation de notre région à l’Assemblée nationale», de conclure Mme Thériault. (VT)

2018-01-16 au 12-31 Monde à Vie CEL

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités