-1° Terrebonne, lundi 27 février 2017
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
Le Trait d'Union

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Fil RSS

Un recul applaudi par les troupes péquistes
les députés du Parti Québécois dans Lanaudière ont accueilli avec satisfaction la décision du gouvernement libéral d’annuler sa réforme «inacceptable» du Programme de crédit de taxes foncières agricoles. (Photo: Courtoisie)

Un recul applaudi par les troupes péquistes

Mercredi 8 février 2017

Après 10 mois de lutte, les députés du Parti Québécois dans Lanaudière ont accueilli avec satisfaction la décision du gouvernement libéral d’annuler sa réforme «inacceptable» du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA).


«Dès avril 2016, lors de l’étude des crédits budgétaires, le Parti Québécois a averti le ministre de l’époque, Pierre Paradis, que les changements qu’il souhaitait apporter au PCTFA allaient obliger les agriculteurs québécois à sortir plusieurs milliers de dollars supplémentaires de leurs poches. Après avoir qualifié les agriculteurs de menteurs, le gouvernement a enfin décidé de reculer», ont-ils déclaré.


L’Union des producteurs agricoles (UPA), la Fédération québécoise des municipalités (FQM), la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec et le Parti Québécois faisaient pression sur le gouvernement depuis plusieurs mois afin qu’il annule la réforme du PCTFA.


«Il aura fallu la mobilisation des agriculteurs et des municipalités, en plus de manifestations, de questions à l’Assemblée nationale, de plusieurs rapports indépendants, d’un mandat donné au fiscaliste Luc Godbout, de la menace d’un blocus des sentiers de motoneige et, finalement, d’un changement de ministre, pour que le gouvernement entende enfin raison.» Notons que l’UPA avait estimé que les agriculteurs subiraient une hausse moyenne de leurs taxes pouvant aller jusqu’à 40 %, calcul validé par plusieurs études comptables.


Malgré cette victoire, les troupes péquistes rappellent que la fiscalité foncière agricole demeure problématique, notamment en raison de la hausse de la valeur des terres depuis deux décennies. (VT)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités