<![CDATA[Journal La Revue - Politique]]> http://www.larevue.qc.ca/politique-s3.php Sun, 17 Dec 2017 12:47:17 -0500 http://www.larevue.qc.ca/images/logo_la_revue.gif <![CDATA[Journal La Revue - Politique]]> http://www.larevue.qc.ca/politique-s3.php Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[« Arrogance » et « bouffonnerie » ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_arrogance-bouffonnerie-n44965.php Le projet de loi C-364 du député de Terrebonne, Michel Boudrias, visant à rétablir le financement public des partis politiques a été débattu une seconde fois à la Chambre des communes le 7 décembre.

Ce projet de loi implique également l’abaissement du plafond des dons aux formations politiques de 1 550 $ à 500 $.

Le député bloquiste de Terrebonne a pu compter sur l’appui du NPD et du Parti vert du Canada. Chez les libéraux et les conservateurs, la réponse est négative. «Les libéraux avaient la chance de montrer qu’ils se souciaient vraiment des problèmes de trafic d’influence qui salissent leur parti actuellement. Leur réponse a été de m’envoyer un backbencher arrogant, David Graham, député de Laurentides-Labelle, utilisant le “bonjour/hi” en guise d’introduction. Je leur ai rappelé que c’est de leur propre héritage qu’il est question, puisque c’est Jean Chrétien qui avait mis de l’avant le financement public des partis, mais ils ont préféré manquer de respect envers ceux qui portent ce projet de loi», a déclaré Michel Boudrias.

Du côté conservateur, on remarque selon lui un changement frappant dans le discours tenu par le député Scott Reid. Ce dernier considère le projet de loi C-364 comme étant une solution à un problème qui n’existe pas, une déclaration qui a fait bondir le député de Terrebonne. «Les conservateurs ont passé la dernière année à critiquer les soirées de financement privées à 1 500 $ le billet de Justin Trudeau et son ministre des Finances, mais tout à coup, il n’y a plus de problème? C’est une bouffonnerie. Ils parlent des deux côtés de la bouche quand il est question d’éthique. C’est regrettable, parce que tous les partis sont perdants lorsque le lien de confiance entre la population et les élus se rompt», a-t-il conclu. (VT)

]]>
Tue, 12 Dec 2017 00:00:00 -0500
<![CDATA[Famille, région et innovation ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_famille-region-innovation-n44964.php La Coalition Avenir Québec tenait son conseil général à Sherbrooke le week-end du 25 novembre. Le député de Masson, Mathieu Lemay, revient sur les thèmes qui ont été abordés par son parti, principalement la famille.

La CAQ souhaite en effet aider les familles en favorisant le taux de natalité. «Il y a plusieurs façons d’aller chercher des sommes pour redonner aux familles, que ce soit par un chèque ou des baisses d’impôts. Il va falloir regarder tout ça», d’avancer M. Lemay.

«Les libéraux ont toujours la même recette : piger dans les poches des contribuables et couper dans les services pour leur donner des bonbons ensuite. Nous, on veut récupérer dans les secteurs qui n’offrent pas de services à la population», ajoute le député.

Par ailleurs, la CAQ souhaiterait diminuer le taux d’immigration à 40 000 par année plutôt qu’à 50 000, sans toutefois couper les sommes dédiées, «ce qui permettrait de revoir les mesures d’intégration en place pour qu’elles soient plus efficaces», résume-t-il.

Du côté des régions, le parti compte favoriser le transport en commun de manière à ce qu’il réponde aux besoins des citoyens, en plus de miser sur l’Internet haute vitesse pour tous.

Innovation agricole

Enfin, aux dires du député de Masson, la CAQ entend stimuler l’innovation : «encadrer pour mieux permettre», rappelle celui qui, en ce sens, mise sur une économie verte d’avant-garde, notamment en lien avec la légalisation du cannabis, projet pour lequel son parti a demandé un report d’un an.

«J’ai bien aimé le texte qu’a signé Mario Dumont qui propose de la culture en serre avec seulement un pourcentage dédié au cannabis, pour assurer une rentabilité, alors que le reste servirait à des produits québécois, illustre celui qui ajoute à cela l’idée de développer un dispositif de captage de CO2, lequel serait dirigé dans la serre afin que les plantes puissent le traiter. (PC)

]]>
Tue, 12 Dec 2017 00:00:00 -0500