<![CDATA[Journal La Revue - Politique]]> http://www.larevue.qc.ca/politique-s3.php Tue, 25 Sep 2018 23:39:04 -0400 http://www.larevue.qc.ca/images/logo_la_revue.gif <![CDATA[Journal La Revue - Politique]]> http://www.larevue.qc.ca/politique-s3.php Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[Huit jours pour voter ]]> <p>Pénélope Clermont</p><p>journaliste@larevue.qc.ca</p> http://www.larevue.qc.ca/politique_huit-jours-pour-voter-n48525.php Dès le 21 septembre, les électeurs profiteront de huit jours pour exercer leur droit de vote. Notons que le jour officiel du vote est prévu le 1er octobre, alors que le vote par anticipation aura lieu les 23 et 24 septembre.

À compter du 21 septembre, ainsi que les 22, 25, 26 et 27 septembre, selon un horaire établi pour chacune des journées, il est possible de voter au bureau même du directeur du scrutin de votre circonscription.

Les 23 et 24 septembre de 9 h 30 à 20 h, le vote par anticipation aura lieu à l’endroit indiqué sur la carte d’information que vous avez reçue par la poste. Même chose pour le jour du vote du 1er octobre, de 9 h 30 à 20 h.

Si vous êtes aux études, incapable de vous déplacer, dans un centre d’hébergement et de soins de longue durée, dans un centre de réadaptation ou un centre hospitalier, dans une résidence privée pour aînés, à l’extérieur du Québec, temporairement dans une autre circonscription ou dans une région éloignée, d’autres options s’offrent à vous. Rendez-vous sur le site Internet d’Élections Québec (www.electionsquebec.qc.ca), sous l’onglet «Voter», pour les connaître. Il est également possible d’y localiser les lieux de votation, selon le secteur dans lequel vous résidez.

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Dix questions à Mario Sabourin, directeur du scrutin dans Terrebonne]]> Propos recueillis par Pénélope Clermont http://www.larevue.qc.ca/politique_dix-questions-a-mario-sabourin-directeur-scrutin-dans-terrebonne-n48569.php Avez-vous toujours eu un intérêt pour la politique?

J’ai déjà eu un intérêt pour la politique active, mais à partir du moment où j’ai accepté le rôle que j’ai, la réponse est devenue non, comme j’administre les règles du jeu. C’est mon rôle de neutralité. Je suis l’arbitre.

Dans quel contexte avez-vous fait de la politique active?

En 1988, je me suis présenté comme candidat municipal indépendant. Je n’avais pas été satisfait de la réponse de mon conseiller, alors j’ai décidé d’y aller pour mes voisins. J’ai récolté quelque 30 % des votes, mais je n’ai pas été élu.

Quand avez-vous commencé à travailler pour les élections?

La première fois remonte aux années 80. C’est un retour pour moi cette année. J’ai travaillé pour les élections à tous les paliers gouvernementaux, plus pour les votes par anticipation et les votes ordinaires.

Comment avez-vous eu votre poste de directeur de scrutin?

J’arrivais à la retraite et j’ai lu qu’on cherchait un DS. Les prérequis étaient énormes : gestion de ressources humaines et financières, expérience en formation et en organisation, et j’avais la majorité du bagage demandé.

Quel est le rôle d’un directeur du scrutin?

Voir à l’organisation territoriale de la tenue du scrutin, s’assurer de la bonne gestion de la carte des 151 sections électorales, en plus des endroits de vote spéciaux et s’assurer que le vote par anticipation se déroule bien.

Combien de personnes travaillent à vos côtés?

Avant les élections, une vingtaine de personnes à temps plein sont dans les bureaux et le jour du vote, j’en compte près de 800 dans toute la circonscription.

Qu’arrive-t-il avec les bulletins de vote une fois le scrutin complété?

À 20 h, on évacue les gens qui n’ont pas d’affaire dans les lieux de votation et seuls le scrutateur et la secrétaire du bureau de vote procèdent au dépouillement. Ensuite, ils complètent le relevé de scrutin et mettent ça dans une enveloppe. Toutes les boîtes et les enveloppes se retrouvent au bureau de scrutin à la fin de la soirée pour une vérification le lendemain. Chaque relevé de scrutin sera balancé par moi et le directeur adjoint. Aucune boîte n’est ouverte, sauf pour un recomptage éventuel. Entre-temps, les résultats m’ont été transmis par téléphone et partagés au DGEQ et aux médias.

Œuvrer en coulisse vous donne-t-il un autre regard sur la politique?

Non. Je suis apolitique, j’ai le droit de m’exprimer dans l’urne comme tout bon citoyen, mais mes opinions m’appartiennent et doivent rester dans mon salon.

À quelle date votre travail prend-il fin?

Les bureaux ferment le 11 octobre, mais j’aurai des tâches à compléter jusqu’à la fin du mois, s’il n’y a pas d’égalité des votes…

Qu’arrive-t-il en cas d’égalité?

En deçà d’un pour cent d’écart, un candidat peut demander un recomptage et si le score est de nouveau le même, on arrête ça là. S’il y a vraiment égalité après recomptage, on repart pour un autre cycle d’environ deux semaines. On relance les élections. On doit relouer des locaux, engager du monde et on recommence tout.

]]>
Tue, 25 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[CHIFFRES ET AUTRES CURIOSITÉS : Les élections générales ]]> Informations recueillies par Pénélope Clermont http://www.larevue.qc.ca/politique_chiffres-autres-curiosites-elections-generales-n48576.php Le 1er octobre auront lieu les 42es élections générales québécoises, qui deviendront par le fait même les 1res élections à date fixe à se tenir au Québec.

 

Au sein des 3 circonscriptions qui touchent le territoire de la MRC Les Moulins, on retrouve 20 candidats en lice pour devenir députés. Terrebonne et Les Plaines en comptent 7 chacune, alors que Masson en regroupe 6.

 

Excluant les révisions ordinaire et spéciale, 6 160 157 personnes sont inscrites au décret en vue des élections générales à venir. Plus localement, la liste électorale de Terrebonne regroupe 57 621 électeurs. Dans Masson, ils sont 46 163, alors que la circonscription Les Plaines en abrite 39 928.

 

Les électeurs ont un total de 8 jours pour voter. Cela inclut les journées de vote par anticipation ainsi que le jour même du vote.

 

Lors des élections générales provinciales, le directeur général des élections engage et forme plus de 84 000 personnes qui occuperont une dizaine de postes différents. À Terrebonne, ils seront près de 800 à œuvrer pour le bon déroulement du vote.

 

Un directeur de scrutin reçoit un salaire au taux horaire de 41,36 $. Pour une élection, sa rémunération minimale est de 20 000 $.

 

En 2014, lors des dernières élections générales, 71,44 % des électeurs avaient exercé leur droit de vote au Québec. Dans Terrebonne, le taux était de 74,20 %; dans Masson, de 69,51 %; et dans L’Assomption, circonscription ne faisant plus partie de notre territoire, le taux était de 73,38 %.

]]>
Tue, 25 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Un parti qui a « de l’ambition pour les jeunes » ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_un-parti-qui-a-ambition-pour-jeunes-n48518.php Les candidats de la CAQ dans Les Moulins joignent leur voix à celle de leur chef, François Legault, pour proposer un vaste chantier d’agrandissement, de rénovation et de construction d’écoles. «Nous allons offrir ce qu’il y a de mieux à nos enfants, en commençant par de belles écoles», a déclaré François Legault. «Seulement 45 % des écoles primaires et 53 % des écoles secondaires sont dans un état dit satisfaisant. Une école sur deux au Québec est considérée comme en mauvais ou très mauvais état», prétendent le chef et ses candidats. «Le grand chantier proposé complète le plan audacieux de la CAQ en matière d’éducation. La beauté des écoles est le reflet de l’importance que l’on accorde à l’éducation. Après 15 années d’inaction libérale, c’est maintenant qu’on peut mettre fin au statu quo et choisir un gouvernement qui a de l’ambition pour les jeunes», a soutenu Pierre Fitzgibbon, candidat dans Terrebonne. La CAQ promet également un concours d’architecture pour chaque nouvelle école bâtie. Selon l’avis des candidats, «il faut placer la beauté et l’attractivité au cœur de nos priorités en matière de construction ou d’agrandissement d’écoles». (GF)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[La santé au cœur des discussions ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_sante-au-coeur-discussions-n48519.php L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux de Lanaudière (APTS), qui représente quelque 2 300 travailleurs dans la région, organisait un débat électoral le 19 septembre.

«On entend souvent que la politique est loin de nous et parfois difficile à comprendre. Nous avons donc décidé d’amener la politique à nos membres», a souligné la présidente de l’exécutif local de l’APTS, Diane Mathieu.

Le candidat du parti libéral s’est retiré la veille de l’événement. «La chaise vide envoyait un message fort à nos membres : pour eux, les libéraux abandonnent la santé et les services sociaux. C’est un manque de respect pour les citoyens et pour notre organisation», s’est offusquée Mme Mathieu.

Quant aux candidats présents, Éric Tremblay, du Parti Québécois, Lise Lavallée, de la CAQ, et Olivier Huard, de Québec solidaire, ils ont croisé le fer sur plusieurs thèmes : la santé des professionnels et techniciens du CISSS de Lanaudière, leur autonomie professionnelle, les réorganisations, les mesures statistiques, la privatisation, la santé des femmes et les mesures de conciliation travail-famille-études.

M. Tremblay s’est engagé à faire davantage confiance au jugement clinique des techniciens et des professionnels, et mise sur une gestion décentralisée qui leur permettrait d’utiliser au maximum leurs connaissances. Ce dernier ainsi que Mme Lavallée croient que la structure des groupes de médecine familiale, qu’ils estiment complémentaire au réseau actuel, doit être maintenue. M. Huard, quant à lui, souhaite plutôt rapatrier l’ensemble des professionnels et des techniciens dans les CLSC et valoriser au maximum leur rôle dans la communauté. Les candidats sont par ailleurs unanimes sur l’ajout de lits supplémentaires à l’Hôpital Pierre-Le-Gardeur, en nombre suffisant. (VT)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Manoir seigneurial : le PQ promet des millions ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_manoir-seigneurial-pq-promet-millions-n48521.php Si le Parti Québécois est porté au pouvoir le 1er octobre, il s’engage «de façon ferme» à assumer «la part des dépenses non financées» du projet de revitalisation du Manoir seigneurial de Mascouche. Une promesse de 5 M$ faite par la vice-cheffe et députée sortante de Joliette, Véronique Hivon, entourée de candidats lanaudois réunis sur le site, le 13 septembre. «Le Domaine seigneurial dispose de tous les atouts pour devenir un parc d’envergure régionale», a rappelé Mme Hivon, vantant le potentiel de plus de 227 hectares de forêt protégée et ses bâtiments patrimoniaux. Après les «efforts substantiels» de la Ville de Mascouche, un gouvernement péquiste contribuerait au projet. Ce dernier est évalué à 20 M$, dont 10 M$ financés par Mascouche par le biais d’un règlement d’emprunt. La Ville attend impatiemment les réponses aux demandes de soutien faites dans le cadre du programme de la trame verte et bleue de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Advenant des réponses positives à ces demandes, il manquerait environ 5 M$ pour mener le projet à terme, estime-t-on. Le PQ «s’assurera que la part des dépenses non financées puisse faire l’objet d’une subvention équivalente par Québec». Et si ce montant devait être supérieur à 5 M$? «Nous serons présents», assure la vice-cheffe, précisant que les sommes pourraient être réparties sur quelques années. Diane Gadoury-Hamelin, candidate dans Masson, s’est montrée enthousiaste lors de l’annonce. Tout comme le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, qui a hâte de connaître les positions des autres partis provinciaux concernant ce «joyau patrimonial». (JMG)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Solutions « concrètes et sérieuses » pour les PME ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_solutions-concretes-serieuses-pour-pme-n48515.php Le candidat de Québec solidaire (QS) dans Les Plaines, Kévin St-Jean, affirme avoir des «solutions concrètes et sérieuses afin de résoudre rapidement» les problématiques de main-d’œuvre des PME de sa circonscription et les conditions de travail des employés de celles-ci. Il rappelle que QS veut augmenter le salaire minimum à 15 $/h dès le 1er mai 2019 tout en soutenant financièrement les organismes et entreprises à travers ce processus. «Outre le devoir de décence [qui commande] l’augmentation du salaire minimum à un niveau suffisamment acceptable pour vivre de son travail, ces mesures permettent d’augmenter la possibilité de consommation locale sans nuire aux PME. En matière de main-d’œuvre, les grandes chaînes ont un avantage non négligeable sur les PME qui se retrouvent à devoir fermer ou réduire leurs heures par manque d’employés», affirme le candidat, dans un communiqué de presse. En plus de permettre aux PME d’avoir plus d’accessibilité à la main-d’œuvre, ces subventions leur permettraient aussi de faire davantage de profits à partir d’une hausse de la consommation locale par une augmentation du pouvoir d’achat des bas salariés. «À Québec solidaire, nous le savons et nous ferons en sorte de régler la situation dans le meilleur intérêt de tous et pour que plus aucun employé travaillant à temps plein ne soit obligé de se nourrir à partir des banques alimentaires», conclut M. St-Jean. (JMG)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Le Bloc réunifié, les élus fédéraux prêts à en découdre ]]> <p>Jean-Marc Gilbert</p><p>media@larevue.qc.ca</p> http://www.larevue.qc.ca/politique_bloc-reunifie-elus-federaux-prets-a-en-decoudre-n48524.php Après des mois de tempête au Bloc Québécois qui se sont soldés par la démission de la chef Martine Ouellet et le retour des élus qui avaient claqué la porte, les députés de Montcalm et de Terrebonne, Luc Thériault et Michel Boudrias, continueront de défendre les intérêts du Québec à Ottawa.

La première journée de cette session parlementaire, lundi, a été marquée par le retour de cinq députés, dont M. Thériault, au sein de la formation politique. «On nous a démontré que l’ADN du Bloc Québécois existait encore», commente M. Thériault en donnant quelques exemples. «Lors du conseil général, il y a eu une ouverture à la réunification. Mario Beaulieu a laissé son poste de président à Yves Perron, qui est tout un rassembleur», plaide le député de Montcalm. Mais s’il revient, c’est d’abord et avant tout pour les électeurs, insiste-t-il. «Il y avait une inquiétude chez les gens qui disaient qu’il ne pouvait pas y avoir deux partis indépendantistes à Ottawa et que ça prenait un seul véhicule pour retrouver le rapport de force», explique M. Thériault, qui se donne jusqu’en décembre pour voir le Bloc reprendre «son élan».

Session chargée

En chambre, les échanges promettent d’être corsés au cours des prochains mois, notamment en matière de gestion de l’offre, dans le cadre de la renégociation de l’ALENA. Un dossier que Michel Boudrias suivra aussi de près. «C’est un enjeu fondamental et nous ferons tout le nécessaire pour obtenir des éclaircissements avant le scrutin provincial», affirme le député, qui dénonce que les discussions se fassent «derrière des portes closes». Se réjouissant du retour de ses collègues dans le contexte où des élections fédérales auront lieu dans un an, M. Boudrias questionnera encore le gouvernement fédéral concernant le dossier du chantier maritime de La Davie, son principal cheval de bataille.

Pour sa part, Luc Thériault compte notamment parler d’immigration. «Le 26 septembre, je vais déposer un projet de loi disant essentiellement que le multiculturalisme ne s’applique pas au Québec. C’est au Québec de décider comment il souhaite intégrer ses immigrants», conclut-il.

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[De nouveaux venus dans la course ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_nouveaux-venus-dans-course-n48527.php C’est le 15 septembre à 14 h que la période de mise en candidature en vue des élections a pris fin. De nouveaux candidats sont entrés dans la course.

Dans la circonscription Les Plaines, Boris Geynet représente le Parti Vert du Québec, alors que Mathieu Stevens fait le saut avec les couleurs du Parti libre. Dans Masson, Véronique Dubois s’aligne maintenant avec le Parti Vert. Enfin, à Terrebonne, aussi pour le Parti Vert, Carole Dubois est candidate.

Soulignons que, dans cette dernière circonscription, le candidat du Parti conservateur du Québec, Pasquale Ficara, qui avait annoncé ses intentions, est absent de la liste des candidatures. Jules Néron représente plutôt le parti. On ignore toujours les raisons du retrait de M. Ficara.

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Renforcer notre système de santé ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_renforcer-notre-systeme-sante-n48520.php C’est devant le CLSC Lamater que les candidats du Parti Québécois dans Les Moulins ont présenté leurs priorités pour la santé de nos familles et de nos aînés. Pour désengorger les urgences, ils proposent notamment que les CLSC soient ouverts jusqu’à 21 h et qu’on y offre les services d’une infirmière spécialisée 7 jours sur 7. «Nous réitérons aussi notre engagement d’ajouter 250 lits à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur dès notre premier mandat», a affirmé Diane Gadoury-Hamelin, candidate dans Masson. Le PQ souhaite par ailleurs geler la rémunération des médecins dans les 100 premiers jours d’un gouvernement péquiste, et améliorer le climat de travail dans le domaine de la santé en offrant plus de ressources et d’autonomie aux professionnels. «Nos professionnels ont goûté à la médecine libérale-caquiste de Gaétan Barrette. Il est temps de prendre soin d’eux en leur offrant un climat de travail plus sain», a ajouté le candidat dans Les Plaines, Marc-Olivier Leblanc. «Parce que nos aînés sont notre richesse collective, le PQ propose plusieurs mesures pour améliorer leur situation, a pour sa part promis Mathieu Traversy, député sortant et candidat dans Terrebonne. On parle de 350 $ d’augmentation en crédit de solidarité pour les aînés à faible revenu, de 5 % d’augmentation du salaire des travailleurs de 65 ans et plus, de 100 M$ pour climatiser les CHSLD d’ici pour l’été 2019, et de 200 M$ pour les rénover. Le PQ veut aussi engager plus de personnel dans les CHLSD pour répondre aux besoins de nos aînés.» Cela s’ajoute à des investissements massifs en soutien à domicile et pour les proches aidants. (VT)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Emménageront-ils à Terrebonne ? ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_emmenageront-ils-a-terrebonne-n48522.php Le député sortant et candidat du Parti Québécois dans Terrebonne, Mathieu Traversy, est né à Mascouche et réside à Terrebonne depuis son jeune âge. Élu à 24 ans, il continue d’habiter la circonscription qu’il représente. Or, parmi les quatre candidats des principaux partis politiques dans la circonscription, deux résident à Westmount ou sur l’île de Montréal. «Pour ma part, comme député sortant, je sais ce que c’est, de vivre à Terrebonne, j’y suis tous les jours où l’Assemblée nationale ne siège pas. Ça me permet d’être le plus accessible possible et de rencontrer mes concitoyens partout où je vais. C’est simple, s’ils ont un problème, je ne suis jamais très loin», explique Mathieu Traversy. À quelques jours de l’élection, il invite donc Pierre Fitzgibbon (CAQ) et Anne B.-Godbout (QS) à dire à la population s’ils emménageront ou non à Terrebonne en cas de victoire. «Les gens m’en parlent, ça les intéresse et la question se pose. Est-ce que ces candidats s’engagent à quitter Westmount et Montréal pour venir vivre ici, avec les gens de Terrebonne, si l’un d’eux est élu le 1er octobre?» questionne-t-il. «C’est dommage que ce ne soit pas déjà le cas… Mais je prends ça avec le sourire de savoir qu’ils ne m’ont pas trouvé d’adversaire local. J’imagine que c’est flatteur», conclut le candidat péquiste avec une touche d’humour. (VT)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Des «mesures concrètes» pour l’environnement ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_mesures-concretes-pour-environnement-n48516.php Anne B-Godbout, une militante de Québec solidaire (QS) depuis plusieurs années, a décidé de pousser l’implication un peu plus loin en se portant candidate au scrutin du 1er octobre dans Terrebonne, et en faisant de l’environnement et de l’éducation ses deux principaux chevaux de bataille. «Les gens sont plus conscients que jamais : avec l’été que nous venons de passer, l’environnement est un enjeu qui nous concerne tous et il faut prendre des mesures concrètes», affirme la candidate. L’une de ces mesures est d’interdire la vente de véhicules à essence à partir de 2030. Mère de deux enfants et possédant une voiture hybride depuis quatre ans, elle affirme que l’heure de la transition vers des modes de transport plus écologique est venue. C’est pourquoi il faudra aussi trouver une façon d’inciter la population à utiliser le transport en commun. «Les gens sont prêts à ces mesures. Dans le porte-à-porte, les gens sont positifs et ouverts à notre message», mentionne Mme Godbout. Celle qui prévoit déménager de Montréal à Terrebonne advenant son élection a aussi été témoin de la colère de plusieurs familles en matière d’éducation. «Les familles sont fâchées de certaines coupes. Il faut plus de professeurs et plus de spécialistes dans les écoles», affirme la candidate. Le vieil argument voulant que QS soit un parti plus centré sur Montréal est chose du passé, dit Mme Godbout. «On le voit dans les sondages; il y a quelque chose qui se passe au Québec, et Terrebonne n’est pas en reste. Les gens sont tannés de la vieille classe politique», conclut celle qui multipliera les rencontres avec les électeurs jusqu’à la tenue du scrutin. (JMG)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400
<![CDATA[Améliorer le service à domicile pour nos aînés ]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/politique_ameliorer-service-a-domicile-pour-nos-aines-n48517.php La Coalition Avenir Québec a annoncé qu’un gouvernement de la CAQ permettra aux aînés de vivre le plus longtemps possible à domicile grâce à des soins et à des services qu’ils pourront recevoir chez eux. «Le gouvernement libéral sortant n’a pas réussi, en 15 ans, à prendre le virage des soins à domicile. Il est inconcevable de constater que des milliers d’aînés peuvent attendre jusqu’à plusieurs mois avant de recevoir certains soins chez eux», a déclaré Lucie Lecours (sur la photo), candidate caquiste dans Les Plaines. La CAQ s’est donc engagée à investir 800 M$ d’ici 4 ans (200 M$ de plus par année) pour embaucher davantage de ressources professionnelles, pour offrir des soins aux aînés et pour leur permettre de faire appel à des services d’aide à la vie domestique. En novembre 2017, le ministère de la Santé et des Services sociaux estimait que 31 000 personnes étaient en attente d’un service de soutien à domicile dans un CLSC. De plus, un gouvernement de la CAQ élaborera une nouvelle politique nationale sur les soins à domicile. Cette nouvelle politique contiendra des mesures concrètes pour protéger l’enveloppe destinée au maintien à domicile afin d’éviter que les établissements de santé utilisent ce budget pour financer d’autres dépenses. Enfin, la CAQ révisera aussi le mode de rémunération des médecins de famille qui veulent faire davantage de soins à domicile, mais qui sont limités parce que ces soins ne sont pas assez valorisés. À noter que l’investissement promis de 800 M$ ne vise pas cette révision du mode de rémunération que souhaite faire la CAQ. (GF)

]]>
Tue, 18 Sep 2018 00:00:00 -0400