<![CDATA[Journal La Revue - Municipal]]> http://www.larevue.qc.ca/municipal-s6.php Thu, 23 Nov 2017 17:08:40 -0500 http://www.larevue.qc.ca/images/logo_la_revue.gif <![CDATA[Journal La Revue - Municipal]]> http://www.larevue.qc.ca/municipal-s6.php Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[Les municipalités tentent de mieux accommoder les citoyens]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/municipal_municipalites-tentent-mieux-accommoder-citoyens-n44733.php STATIONNEMENT HIVERNAL DE NUIT

Après avoir adopté une nouvelle réglementation autorisant le stationnement sur rue 24 heures par jour, sauf en cas d’opération de déneigement, la Ville de Terrebonne annonce la mise en ligne d’une nouvelle plateforme visant à faciliter la diffusion des avis d’opérations de déneigement et d’interdiction de stationnement sur rue.

Baptisée «Votre Info Citoyenne», la nouvelle plateforme, accessible par le biais du site Internet de la Municipalité sous l’onglet «Info-déneigement», invite les Terrebonniens à s’inscrire afin de recevoir gratuitement des alertes par texto et courriel sur les avis d’interdiction de stationnement sur rue en vigueur.

La Ville de Terrebonne étant divisée en quatre zones spécifiques de déneigement, les abonnés pourront recevoir les informations liées aux secteurs qu’ils auront préalablement sélectionnés. Ainsi, dès qu’un avis d’opération de déneigement sera décrété, les abonnés recevront gratuitement, au plus tard à 17 h la journée précédente, un message à l’effet que le stationnement sur rue dans leur zone est interdit entre 0 h et 7 h jusqu’à nouvel ordre. Une fois l’avis levé, la plateforme enverra des alertes aux abonnés concernés afin de leur indiquer que le stationnement de nuit est de nouveau permis.

Ce nouvel outil s’ajoute à d’autres initiatives déjà en place, soit une signalisation clignotante à plus de 40 endroits sur le territoire, des avis d’opérations disponibles sur le site Internet de la Municipalité (www.ville.terrebonne.qc.ca) et des messages d’information téléphoniques (450 961-2001).

Nouvelles alternatives à Mascouche

À Mascouche, bien que le stationnement sur rue ne soit pas permis 24 heures par jour comme à Terrebonne, la Municipalité mettra à l’essai une nouvelle initiative jusqu’au 15 avril, en ouvrant des espaces de stationnement à huit endroits sur son territoire. On parle d’environ 75 cases réparties au Carrefour de la Seigneurie (2301, rue Versailles), à l’église Saint-Henri (3000, chemin Sainte-Marie), au garage municipal (3394, chemin Sainte-Marie), au parc Gérard-Pesant (835, rue Brien), au parc du Grand-Coteau (boulevard Mascouche et rue Lapointe), au parc Memorial (1633, rue Poplar), au parc des Optimistes (2564, rue Verlaine) et au parc du Rucher (1268, avenue de la Grande-Allée). Ces espaces permettront aux citoyens ou à leurs visiteurs d’y garer leur voiture durant la nuit.

Rappelons qu’à Mascouche, le stationnement sur rue est interdit du 15 novembre au 15 avril, entre 0 h et 7 h, pour faciliter les opérations de déneigement. «Nous sommes conscients que l’interdiction de se stationnement durant la nuit occasionne de nombreux casse-têtes pour nos citoyens en hiver. Toutefois, il en va de la sécurité de tous, puisque la qualité de nos opérations de déneigement et de déglaçage y est directement reliée. Nous proposons ici une solution à court terme qui, chose certaine, sera révélatrice pour nos actions futures», indique le maire Guillaume Tremblay. (VT)

]]>
Wed, 22 Nov 2017 00:00:00 -0500
<![CDATA[Terrebonne a une nouvelle vérificatrice générale]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/municipal_terrebonne-a-une-nouvelle-verificatrice-generale-n44701.php C’est le 25 octobre qu’est entrée en fonction la nouvelle vérificatrice générale de la Ville de Terrebonne, Sonya Guilbault.

Rappelons que conformément aux dispositions de la Loi sur les cités et villes, la vérificatrice générale est responsable de la vérification des affaires et des comptes de la Municipalité et de toute personne morale lui étant liée. Elle doit présenter ses rapports au conseil municipal. L’étendue de son mandat, d’une durée de sept ans, est encadrée par les dispositions de la loi.

Comptable professionnelle agréée ayant œuvré au sein de diverses organisations, Mme Guilbault agissait jusqu’à tout récemment comme directrice de la stratégie numérique et de la sécurité de l’information à l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec. Elle cumule plusieurs années d’expérience dans les domaines reliés à la gestion financière, aux technologies de l’information, à la planification stratégique, aux risques, à la sécurité de l’information et à l’audit opérationnel, TI et financier.

«Nous sommes heureux d’accueillir Mme Guilbault au sein de notre organisation. Son expérience et sa polyvalence seront un atout pour la Ville de Terrebonne, dans notre volonté constante d’améliorer nos processus de gestion. Nous souhaitons remercier sa prédecesseure, Claire Caron, pour ses années passées avec nous», a commenté le directeur général par intérim de la Ville de Terrebonne, Daniel Sauriol. (VT)

]]>
Wed, 22 Nov 2017 00:00:00 -0500
<![CDATA[Un projet de loi qui inquiète le maire de Terrebonne]]> Journal La Revue http://www.larevue.qc.ca/municipal_un-projet-loi-qui-inquiete-maire-terrebonne-n44710.php LÉGALISATION DU CANNABIS

À la suite du dépôt du projet de loi du gouvernement du Québec concernant la légalisation du cannabis, le nouveau maire de Terrebonne, Marc-André Plante, s’inquiète de l’application concrète de ce projet de loi par les municipalités.

Le premier magistrat admet qu’il anticipe déjà certaines complications pratiques. Par exemple, «dans le projet de loi, il appert que les consommateurs de ce produit seront au même niveau que les consommateurs du tabac. Or, que fait-on dans le cadre d’un festival tel que Pop ton été, qui se tient dans les parcs de Terrebonne et qui attire de jeunes familles?» questionne-t-il. 

Chose certaine, il promet que le conseil municipal priorisera le dossier. «Les municipalités vivront des impacts découlant de cette nouvelle loi et des gestes concrets devront être posés par les autorités concernées. Pour ma part, j’ai déjà signifié que le conseil municipal se penchera rapidement sur le dossier pour établir des balises claires. Je tiens ainsi à rassurer les citoyens, les jeunes familles et les aînés pour qu’ils puissent vivre dans un environnement sain.»

Sécurité publique et partage des revenus

Évidemment, plusieurs aspects de la loi seront à discuter avec l’Union des Municipalités du Québec (UMQ) et le gouvernement du Québec. Le maire de Terrebonne souhaite que les villes soient partie prenante des discussions, notamment quant aux aspects financiers et de sécurité publique qu’elles auront à gérer. Le maire de Terrebonne profitera d’ailleurs de l’étude du projet en commission parlementaire pour faire valoir la position de la Ville de Terrebonne.

De son côté, l’UMQ, qui déposera un mémoire lors des consultations particulières à venir, promet d’analyser le projet de loi dans tous ses détails, compte tenu des impacts locaux de la légalisation du cannabis. «Le choix de créer une société d'État pour la vente au détail répond à une de nos préoccupations concernant la protection de la santé et de la sécurité du public. Mais l'encadrement du cannabis soulève des enjeux locaux importants et il est essentiel que les municipalités soient partie prenante des travaux menant à sa mise en œuvre. Par exemple, elles souhaitent être consultées sur l'emplacement des succursales. Les compétences municipales en aménagement doivent être respectées et un partage équitable des revenus devrait être envisagé entre les trois paliers de gouvernement», a déclaré le président de l'UMQ et maire de Drummondville, Alexandre Cusson, rappelant que la légalisation du cannabis entraînera des coûts additionnels pour les villes, entre autres pour faire respecter les règles de consommation dans les lieux publics et pour la formation des policiers et des fonctionnaires municipaux. (VT)

]]>
Wed, 22 Nov 2017 00:00:00 -0500