12° Terrebonne, lundi 25 juin 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ATHLÈTE D’EXCEPTION : Direction République tchèque pour Raphaëlle Tousignant
Raphaëlle Tousignant représentera fièrement le Canada en République tchèque, ce printemps. (Photo : Robert Grégoire)

ATHLÈTE D’EXCEPTION : Direction République tchèque pour Raphaëlle Tousignant

Jean-Marc Gilbert

Mardi 13 mars 2018

Seulement un an et demi après sa participation au Défi mondial de hockey sur luge en Norvège, Raphaëlle Tousignant, cette Terrebonnienne de 15 ans membre de l’équipe canadienne, s’envolera bientôt pour Ostrava, en République tchèque, où se tiendra la Coupe du monde de para hockey sur glace féminin, du 1er au 6 mai.

L’adolescente se trouvait récemment à l’aréna Howie-Morenz, à Montréal, où se déroulait un important camp, du 21 au 25 février, en préparation pour cette Coupe du monde. «On n’a pas l’occasion de jouer très souvent toutes ensemble. Ça n’arrive que quelques fois dans l’année. On voulait donc surtout voir comment on progresse en tant qu’équipe», explique Raphaëlle.

Après trois journées de pratique, l’équipe nationale féminine a joué trois parties, les 23, 24 et 25 février, face à une équipe québécoise… majoritairement composée d’hommes!

Coupe du monde

En compagnie de cinq autres compatriotes québécoises et des autres membres de l’équipe canadienne, Raphaëlle Tousignant disputera la victoire à leurs rivales de toujours, les États-Unis, et aura également l’occasion de se mesurer à des équipes européennes.

«On veut surtout tenter de développer le sport dans d’autres pays pour que ceux-ci puissent former une équipe nationale féminine éventuellement», explique Raphaëlle Tousignant, rappelant que l’équipe européenne qu’elle a eu l’occasion d’affronter en 2016 était composée en majeure partie de joueuses norvégiennes.

Au total, des représentantes de 12 pays sont attendues à Ostrava. «Le Canada, les États-Unis et l’Europe compétitionneront dans la catégorie A (élite), tandis que huit autres équipes provenant de nations émergentes seront formées pour la catégorie B (développement)», explique Janice Coulter, présidente de Women’s Sledge Hockey of Canada. Certaines équipes seront formées par des regroupements multipays.

Aux Jeux paralympiques?

La jeune Terrebonnienne pense que le hockey sur luge est un parasport moins populaire pour la simple raison qu’il s’agit d’un sport d’hiver. «Ce n’est pas comme le basketball en fauteuil roulant, par exemple, où il ne faut qu’un terrain. Ça prend une glace, il faut aussi qu’elle soit [idéalement] adaptée, comme avec des bandes sans seuil pour nous permettre d’embarquer sur la patinoire», décrit Raphaëlle.

Néanmoins, l’athlète constate que le sport semble vouloir se développer de plus en plus à l’extérieur de l’Amérique du Nord, un développement essentiel pour que le hockey sur luge féminin devienne, un jour, une discipline paralympique.

À cet effet, Mme Coulter indique que «Women’s Sledge Hockey of Canada travaille à ce que le hockey sur luge féminin ait sa place aux Jeux paralympiques. Pour tous les sports, il doit y avoir des équipes de plusieurs pays et de plusieurs continents. Le but est que ce soit implanté en 2022 ou en 2026».

Puisque ce sport existe déjà du côté masculin, le hockey sur luge féminin n’aura pas à passer par le processus de «sport de démonstration» au préalable.

Notons par ailleurs que Raphaëlle Tousignant dit être toujours à la recherche de partenaires et de commanditaires pour l’aider à payer les coûts importants associés à son sport, qui se chiffrent entre 8 000 $ et 10 000 $ par saison.

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités