10° Terrebonne, samedi 22 septembre 2018
Restez informés, abonnez-vous aux infolettres
La Revue Télé

La Revue

L'hebdo des gens d'action

Rechercher Menu

Fil RSS

ATHLÈTE D'EXCEPTION : Jonathan Lefrançois ou dévaler les pentes pour grimper sur le podium
Jonathan Lefrançois a appris à gérer la pression avec les années. Sa récente conquête du championnat québécois lui donne une grande confiance pour les années de compétitions à venir. (Photo : Andy Vathis)

ATHLÈTE D'EXCEPTION : Jonathan Lefrançois ou dévaler les pentes pour grimper sur le podium

Jean-Marc Gilbert

Mardi 5 décembre 2017

Planche à neige l'hiver, planche à roulettes l'été, le Terrebonnien Jonathan Lefrançois a toujours été attiré par le sport extrême. Il y a 10 ans, il troquait les planches pour se consacrer aux compétitions de descentes en vélo de montagne. Portrait de ce casse-cou sympathique de 26 ans qui vient d'être sacré champion québécois dans la catégorie senior élite.

C'est en 2005 que Jonathan Lefrançois a eu son premier contact avec la descente en vélo de montagne. Deux ans plus tard, il se lançait dans la compétition. Aujourd'hui, il prend part à des compétitions tant provinciales (Coupe Québec) que nationales (Coupe Canada) dans sa catégorie.

«J'aime l'adrénaline. C'est un sport de pilotage qui nécessite une très grande précision, mais dans lequel on doit aussi prendre des risques. Si tu choisis une ligne différente, tu peux gagner quelques dixièmes de seconde, mais tu peux aussi tomber si tu ne roules pas à la bonne vitesse au moment du saut», décrit-il.

Un autre facteur très important est l'état de la piste. Les athlètes doivent adapter leur descente selon que les pentes sont sèches, détrempées ou carrément boueuses. Tout cela a un grand impact sur le stress précédant la course. «Personne ne s'habitue à ça, rigole le jeune homme. On le ressent dès le matin. On se demande toujours à quel point on doit risquer ou rester dans sa zone de confort. Ça prend des années pour apprendre à gérer tout ça», explique Jonathan Lefrançois.

Constance et championnat

Par le passé, l'athlète accumulait les bons résultats en saison comme dans les qualifications, mais un pépin ou une malchance venait bousiller son chrono en finale, dans cette discipline où il n'y a pas de deuxième chance.

S'il connaît des saisons plus constantes depuis trois ans, l'année 2017 aura été la bonne pour le sportif. «Ce sont souvent des dixièmes ou des centièmes de seconde qui font la différence. Une victoire par deux ou trois secondes, c'est vraiment convaincant», affirme l'amoureux de vélo de montagne.

La quatrième et dernière épreuve de la Coupe du Québec, qui se tenait le 1er octobre sur les pentes du centre Vallée du Parc, à Shawinigan, en a été une autre preuve. Avec son temps de 01:49,070, le Terrebonnien a devancé son compatriote Benjamin Després Morin (01:49,690) pour remporter l'épreuve et, du même coup, le championnat québécois avec son résultat cumulatif.

Objectif : championnat du monde

Maintenant champion québécois, l'athlète qui ne fait partie d'aucune équipe, par choix, et qui est commandité par Devinci en veut encore plus. «Je veux prendre part aux épreuves de Coupe Canada pour accumuler assez de points en vue des championnats du monde. Mon objectif est de faire partie des sept meilleurs qui seront choisis par l'équipe canadienne pour participer aux championnats mondiaux de 2019 qui se dérouleront dans notre propre pays, soit au mont Sainte-Anne.» L'athlète gonflé à bloc par son récent titre se gardera en forme cet hiver et participera à une compétition au Tennessee en mars. «C'est toujours une très bonne pratique avant le début de la saison ici», conclut-il.

10 janvier 2018 - Brisson (cellulaire)

Commentaires

Vous désirez commenter cet article?
Vous devez être membre

Publicités